Pour une Journée mondiale des pauvres

e pape François a le don de réveiller les gens aux sombres réalités qui les entourent. En effet, il propose que cette année, le 19 novembre soit la Journée mondiale des pauvres. C’est la première fois qu’une telle journée sera célébrée, mais le pape désire que cette fête soit soulignée chaque année. Sa demande s’adresse non seulement aux catholiques, mais aux autres dénominations religieuses et à toutes les personnes de bonne volonté. Il met en garde de ne pas seulement aimer les pauvres en paroles, mais en actes.

Souvent, les personnes en situation de pauvreté se débattent seules, car elles n’ont pas d’argent pour se payer un loyer convenable, manger adéquatement et encore moins, se payer des loisirs. Elles restent habituellement isolées à la maison, sans voisins et amis qui leur rendent visite.

Pour faire une différence dans la vie des pauvres, plusieurs actions peuvent être entreprises. Par exemple, pourquoi ne pas aller rencontrer ces personnes aux endroits où elles se trouvent, s’asseoir avec elles et véritablement les écouter? En conversant avec elles autour d’une tasse de café et en prenant un petit goûter, c’est surprenant ce qui pourrait se passer. Les préjugés à leur égard pourraient bien tomber parce que l’on comprendrait mieux leur situation et leur manière de faire.

La Journée mondiale des pauvres est une belle occasion pour appuyer financièrement les personnes dans le besoin ou encore, les organismes qui leur viennent en aide.

Sœur Auréa Cormier (Moncton)
Secrétaire de la conférence Mère Teresa, Société de Saint-Vincent de Paul