Le cancer du diocèse

En lisant les mots du jour du Souvenir de Serge Comeau dans l’Acadie Nouvelle du 11 novembre 2017, j’ai pensé au médecin de ma mère. Un jour, le Dr Leblanc me fait venir et m’annonce que maman est atteinte d’un cancer. Je n’ai pas fait de colère contre le médecin, il n’était pas la cause de la maladie de maman, il n’en était que le révélateur.

Il en est ainsi de Mgr Jodoin, évêque du diocèse. La pénurie de prêtres actifs, les prêtres malades ou âgés, ils existaient avant son arrivée dans le diocèse. Le problème de communication, des finances ou des dysfonctions du personnel dans les paroisses, Mgr Jodoin n’en est pas la cause – il n’en est que le révélateur. Tous les problèmes que l’on semble rendre l’évêque responsable, ils existaient et dormaient silencieusement avant son arrivée.

Le cancer du diocèse qui nous saute aux yeux, nous devons dire merci à Mgr Jodoin de nous le révéler; nous pouvons peut-être en guérir. Notre diocèse est en train de vivre sa plus belle époque, celle de la purification. Pour reprendre les termes du père Serge Comeau: «Nous vivons une époque trouble, en quête d’un nouvel ordre».

Ce que je souhaite, c’est que notre évêque puisse continuer cette purification jusqu’au bout. Une fois cette purification terminée, l’évêque en place pourra rebâtir notre Église, comme le Christ l’a fondée avec quelques apôtres remplis d’espérance.

Léon Robichaud
Shippagan