Rien de bon pour la population

Pourquoi les citoyens du Nouveau-Brunswick sont-ils préoccupés face à la décision du gouvernement de privatiser le Programme extra-mural? Peu importe l’appellation ou les arguments qu’apportent les décideurs politiques, le transfert de ce service vers Medavie, c’est de la privatisation.

Nous nous adressons souvent, ma femme et moi, aux aînés. Ce que nous entendons surtout, c’est qu’ils sont inquiets face à cette décision gouvernementale de vouloir apporter des changements à des soins de santé qui les servent bien. Au cours des 36 dernières années, le Programme extra-mural a révolutionné la vie de plusieurs. Les histoires qu’on raconte en sont la preuve évidente. Le personnel infirmier qui se présente à la résidence des personnes malades et fragilisées est une source de grand réconfort et d’excellents soins. La présence de ces gens a souvent comme conséquence de leur permettre de demeurer à domicile avec des êtres chers.

Rien ne garantit que les choses vont demeurer ainsi si Medavie se charge de ce service. Nous avons suivi les discussions, les réunions publiques, les reportages et les manifestations. Les participants sont inquiets de ce que les changements qu’on veut apporter au Programme extra-mural n’aient rien de bon pour la population de la province.

Wayne Harrigan
Moncton