Votre centre municipal commémoratif

Au conseil municipal de Campbellton. L’Acadie Nouvelle du 20 janvier 2018 a publié un article intitulé «Campbellton ne sera pas la ville la plus taxée du Nouveau-Brunswick». Cet article était accompagné d’une photo de la grande affiche sur la façade de cet édifice.

Nous nous permettons les commentaires suivants sur cette affiche.

a) Il n’y a rien à redire sur les premiers mots, soit Domicile des/Home of the (Tigers).

b) Les mots suivants font cependant problème. L’adjectif MEMORIAL fait partie du vocabulaire en anglais, mais pas en français. Il se rend dans cette langue par commémoratif. Il est ici l’appellation d’un civic centre et aussi d’un centre «civique». Nous ne suggérons pas toutefois l’abandon de cette appellation anglaise. Cela dit, une question se pose lorsqu’on arrive à la fin de cette affiche avec la présence surprenante du mot civique. Qu’est-ce que ce mot français fait, seul ou presque, au bout de la ligne? Quelqu’un pourrait souligner qu’il est accompagné du mot français centre. Cela est vrai dans la mesure où l’on voit ce mot comme un terme pivot anglais-français. Par ailleurs, personne ne parle en français d’un MEMORIAL centre civique.

Cette affiche bilingue devrait être rédigée de la façon suivante pour être comprise à la fois par des anglophones et par des francophones:

CENTRE «CIVIQUE»
MEMORIAL
CIVIC CENTRE

Tout le monde comprendrait alors instantanément parce que la construction de la phrase est correcte dans les deux langues. Malheureusement, l’affiche, ainsi modifiée et améliorée, ferait encore problème, en français, mais pour une autre raison.

c) on peut se poser la question: un centre comme celui-là peut-il être appelé civique en français? Malheureusement non, parce que le mot civique n’a pas la même signification que son homonyme anglais. Ce dernier mot se dit de ce qui concerne le citoyen. Ainsi, on peut parler de l’esprit civique, de l’instruction civique, des vertus civiques, etc. Ce mot français ne peut être employé pour désigner un bâtiment, ce qui est le cas du mot anglais civic. Il devrait être remplacé par le mot municipal. L’affiche devrait donc se lire comme suit:

CENTRE MUNICIPAL
MEMORIAL
CIVIC CENTRE

Une simple réflexion en terminant sur ce sujet. Si cette affiche était rédigée uniquement en français, elle deviendrait la suivante: Centre municipal commémoratif.

On ne doit nullement blâmer les personnes qui ont choisi l’appellation actuelle dans le passé dans un contexte bien différent de celui d’aujourd’hui. Le mot civique est encore employé fautivement partout au Canada, au Québec comme ailleurs, depuis fort longtemps. Ce qui compte maintenant, c’est de corriger cette faute. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Au cas où certains diraient peut-être que les Québécois devraient se mêler de leurs affaires, nous mentionnons que notre association, qui se consacre à la promotion d’une langue correcte, a des membres surtout au Québec, mais également dans d’autres provinces, ce qui explique la présente intervention.

Une municipalité, donc un corps public comme le vôtre, doit donner l’exemple de l’emploi d’une langue correcte. Noblesse oblige! Il lui en coûtera malheureusement quelques sous pour donner à la population francophone un centre municipal. Vous ne pouvez y échapper, même si vous avez un déficit. Faites ce geste pour le respect de la langue du peuple acadien. Il vous en sera reconnaissant.

Nous vous laissons avec cette suggestion adressée dans un but constructif, est-il besoin de le mentionner, et non pour faire la leçon. Nous espérons que vous l’accepterez et que vous y donnerez suite dans un délai raisonnable.

Robert Auclair
Association pour le soutien et l’usage de la langue française