Medavie: un milieu assimilant

Medavie gère le Programme extra-mural depuis plus de deux mois. Nous entendons de plus en plus que les employés qui travaillaient autrefois en français sous Vitalité le font maintenant en anglais sous Medavie.

Ceci peut sembler étrange, mais c’est trop souvent le cas dans les entités dites bilingues même lorsqu’elles sont dirigées par des francophones.

Nous avons appris dernièrement que notre gouvernement provincial avait transféré 4,2 millions $ de l’entente fédérale-provinciale en santé à Medavie pour la mise en place du dossier électronique de l’extra-mural.

Comme francophone, je m’attends à ce que mon dossier médical et celui de l’extra-mural, lorsque j’en aurai besoin, soient en français comme je m’attends à ce que le personnel du programme me traite alors en français.

Medavie pourra-t-il le faire? Aurons-nous les mêmes résultats qu’avec Ambulance NB géré aussi par Medavie?

Notre gouvernement a pourtant la responsabilité de protéger nos droits linguistiques. D’ailleurs, c’est, selon la Loi sur les langues officielles du N.-B., la responsabilité du premier ministre. Le fait-il? Non. Depuis son élection, le premier ministre Gallant a délégué cette responsabilité à un autre ministre en faisant fi de la loi.

Qui protégera le milieu de travail francophone des employés francophones du Programme extra-mural sous la nouvelle structure? Qui protégera les droits linguistiques des francophones qui auront recours à l’extra-mural? Certainement pas le premier ministre ni le ministre de la Santé pour qui tout va bien sous Medavie!

Jacques Verge
Dieppe