La crise en santé se poursuit

Avant la mise en œuvre de la privatisation dans certains domaines de la santé, il y a eu à travers les quatre coins de notre province de très fortes et constantes oppositions de la part des citoyens.

Personnellement, je faisais partie de ces groupes. En novembre, j’ai exprimé mon désaccord au moyen d’un édito dans le Moniteur Acadien et d’une lettre publiée dans l’Acadie Nouvelle et dans plusieurs hebdos francophones et anglophones.

Sans doute les lecteurs s’en rappellent. Je posais une simple question à savoir si oui ou non notre honorable premier ministre Brian Gallant connaîtrait le même sort que celui de Shawn Graham ou encore de celui de David Alward qui, comme on le sait, ont dû quitter leur poste après un seul mandat.

Une fois la décision gouvernementale prise d’aller vers la privatisation, je me suis imaginé que la crise était bel et bien terminée. J’ai eu tort.

Depuis lors, de nombreux électeurs continuent le combat et ce sujet deviendra évidemment une très importante question électorale.

Se peut-il que la petite question posée en novembre se concrétise et se transforme en une prophétie moderne? Je n’en sais rien! C’est l’électorat qui le déterminera.

Alcide F. LeBlanc
Moncton