Le N.-B. sous les projecteurs

Récemment, le budget fédéral 2018 recommandait la somme de 75 millions pour le projet pilote des aînés au Nouveau-Brunswick. Le Conseil du vieillissement du N.-B. avait recommandé que la province demande un projet pilote. Étant donné que la population de cette province est la plus vieillissante au Canada, voilà peut-être la raison pour laquelle notre province a été choisie, suite aux interventions du premier ministre.

Le Nouveau-Brunswick est-il l’endroit idéal pour ce genre de projet novateur? Pourra-t-il servir de modèle aux autres provinces pour améliorer le sort des aînés? Le gouvernement, on le sait, a confié à l’entreprise privée Medavie Croix-Bleue la gestion et la gouvernance du Programme extra-mural, la pierre angulaire du système de santé qui devait assurer la collaboration entre le communautaire et le public.

Le privé est là pour faire des profits. Voudra-t-il impliquer les communautés pour trouver des solutions à la situation du vieillissement en les consultant ou en les invitant à participer aux prises de décisions pour le mieux-être des aînés? Il va sans dire que l’extra-mural au Nouveau-Brunswick aurait dû demeurer au secteur public sous les régies de la santé.

Le rapport du Conseil du vieillissement recommande de mettre l’accent sur le soutien à domicile. Il suggère de plus d’offrir des salaires respectables, des avantages sociaux, des conditions de travail, de la formation et une compensation pour les dépenses occasionnées par les déplacements des travailleuses et des travailleurs offrant le soutien à domicile. Cette notion du soutien à domicile a été proposée par le précédent gouvernement.

Depuis les quatre dernières années, le gouvernement actuel a semblé adopter le principe qui veut qu’on demeure chez soi le plus longtemps possible. Le Conseil du vieillissement fait de ce principe la priorité de son rapport. En septembre, le gouvernement de la province a adopté l’idée moyennant la disponibilité de ressources financières.

Les personnes aînées, on le sait, désirent rester le plus longtemps possible chez elles. Il s’agit d’être à l’écoute.

Que fait le gouvernement actuel pour répondre à ce mieux-être de la population vieillissante? Il promet la construction de dix foyers de soins pour 2023, projet qu’il entend réaliser avec le secteur privé. Pourquoi ne pas mettre l’accent sur le soutien à domicile? Le gouvernement n’est-il pas déjà en retard de plusieurs années à ce sujet?

Cela dit, ce projet pilote ne devrait pas servir à des fins électorales, mais d’abord et avant tout à permettre d’identifier des stratégies pour le mieux-être de nos aînés en tout temps et non pas seulement en campagne électorale.

Le budget devrait servir à développer des centres de coordination ou de collaboration avec des guichets uniques afin de pouvoir offrir des services à proximité des communautés, et éventuellement à inviter les citoyennes et les citoyens à se responsabiliser vis-à-vis du vieillissement de la population en collaboration avec le système public. Ce n’est pas le secteur privé qui amènera les bénévoles et les communautés à travailler ensemble pour améliorer la vie des aînés au niveau communautaire. Ne soyons pas naïfs au point d’oublier que le gouvernement Gallant ne semble pas écouter et respecter les préoccupations de la population vieillissante.

Les fonds de ce projet pilote seront-ils versés au secteur privé? La privatisation de l’extra-mural a été reçue avec déception et amertume de la part des citoyennes et de citoyens de la province. Ce serait odieux si le gouvernement n’avait pas plus de considération face à ce principe qui veut qu’on accompagne parents et amis dans leur processus de vieillissement avec l’appui du secteur public.

Si nous voulons être une province proactive, exemplaire et capable de présenter des solutions capables de servir à l’ensemble de la population vieillissante, en milieu rural autant qu’urbain, nous devons d’abord implanter les changements nécessaires pour assurer le mieux-être des aînés.

Qu’aurons-nous à suggérer aux autres provinces canadiennes pour améliorer le mieux-être et le vieillissement? Comment la province fera ses preuves en tant projet pilote? Le «d’abord chez soi» se doit d’être mis en place dans la province du Nouveau-Brunswick pour assurer une vieillesse paisible, harmonieuse et agréable pour toutes les personnes aînées.

Jean-Luc Bélanger
Citoyen aîné, Dieppe