Une inspiration pour les femmes d’aujourd’hui

Vers la toute fin du 19e siècle, soit de 1895 à 1898, Émilie LeBlanc (1863-1935), originaire de la magnifique Vallée de Memramcook, a été une enseignante de carrière et une femme très engagée.

Alors qu’elle dépassait à peine la trentaine, elle décida d’envoyer une série de lettres au journal l’Évangéline dans lesquelles elle réclamait l’adoption de diverses mesures sociales favorables aux femmes et à la vie acadienne. Marichette, nom d’emprunt de Mme LeBlanc, n’a réussi qu’à faire publier 13 de ses lettres, car leur contenu provoquait un peu trop de réactions négatives.

Pour honorer la mémoire et l’œuvre de cette Acadienne, depuis deux ans à peine, un groupe de vaillantes femmes a pris l’initiative de créer une fondation justement appelée La Fondation Marichette, dont le but est d’accorder un appui financier aux femmes dans le besoin et qui souhaitent poursuivre des études au niveau collégial ou universitaire.

Pour que cette fondation soit solidement établie, elle doit être garnie d’aux moins 2 millions $. Au moment d’écrire ces quelques mots, presque la moitié de l’objectif est déjà atteinte. Avis aux intéressés, car c’est une cause très valable et méritoire.
Dès l’ouverture du deuxième déjeuner-causerie tenu le 30 avril, Michèle Caron, professeure à la retraite et présidente de la Fondation, a rappelé aux 175 convives les objectifs de la Fondation tout en présentant l’invitée d’honneur, nulle autre que Céline Galipeau.

Comme on le sait, cette célèbre journaliste de Radio-Canada est la première femme à occuper le poste de chef d’antenne de Radio-Canada, depuis 2009. Comblée de multiples honneurs, Mme Galipeau a parcouru le monde et, à différents endroits, elle a pu constater le malheureux sort qu’on réserve encore aux femmes d’aujourd’hui.

Elle aussi appuie hautement cette cause comme toutes celles qui l’ont conçue de même que les nombreuses personnes offrant leur généreux soutien financier.

Pendant plus d’une demi-heure, avec clarté et dignité, chaleur humaine et diligence, l’invitée répondait aux questions posées habilement par l’animatrice, Hélène Branch, journaliste de Radio-Canada à la retraite. Disons-le honnêtement. Cette causerie-conférence fut un immense succès. Personne n’en est sortie déçu!

Alcide F. LeBlanc
Moncton