Le premier ministre se rappelle-t-il l’histoire du Titanic?

Dans la nuit du 14 au 15 avril 1912, le Titanic sombrait tragiquement dans l’océan Atlantique où au moins 1500 de ses occupants perdirent tragiquement la vie. Pourtant, avant cette épreuve, le capitaine de l’équipage n’avait-il pas soutenu qu’aucun obstacle ne pouvait ébranler ce navire invincible? Faisant fi des conseils reçus, il heurte le glacier et commet ainsi une grave erreur en apprenant que la partie visible du glacier n’est que le dixième de son volume.

S’il m’était permis d’offrir un simple conseil à notre premier ministre Gallant, je lui dirais d’écouter attentivement la sagesse des opposants à la privatisation des soins de santé. Car ce qu’il entend, ce qu’il voit, ce qu’il lit, ne constitue qu’un dixième de la réalité!

Pour éviter son propre naufrage, en septembre prochain, il devrait d’abord respecter l’une de ses nobles déclarations électorales qui consistait à faire de la politique autrement. Ainsi, sans délai, il pourrait procéder à l’annulation du contrat avec Medavie Croix-Bleue et rétablir le Programme extra-mural dans le secteur public où il était auparavant et dont le taux de satisfaction était de l’ordre de 97%. C’est un rendement fort éloquent que toute formation politique souhaiterait savourer!

Pour appuyer les deux points ci-haut cités, rappelons que, lors du scrutin de 2014, M. Gallant ni les autres chefs n’ont abordé le sujet de la privatisation en santé ni obtenu de mandat de l’électorat pour effectuer ce changement majeur. Sans contredit, il sera un véritable enjeu politique dont les conséquences seront aussi prévisibles et dévastatrices que celles provoquées par la tentative de monsieur Graham de vouloir secrètement vendre le réseau électrique à la province du Québec ou encore à celle du gouvernement Alward souhaitant développer le gaz de schiste malgré l’impopularité du projet en question.

Le parti libéral actuel et les autres formations politiques de la province auraient avantage à écouter sagement la population et s’inspirer de l’histoire tragique du Titanic et de l’humiliation subie par MM. Graham et Alward.