Andrew Scheer, un disciple de M. Trump?

Andrew Sheer, chef de l’opposition officielle du Canada, semble être un fidèle allié de Donald Trump. S’il accède au prestigieux poste de premier ministre de notre pays, il n’hésiterait nullement à transférer de Tel-Aviv l’ambassade canadienne pour l’installer fièrement à Jérusalem comme l’a fait le président américain.

Ce monsieur ne se rend-il pas compte que l’Assemblée générale des Nations Unies avait hautement condamné, en décembre, une telle approche envisagée par monsieur Donald Trump?

C’est chose faite. En fin de semaine, à Jérusalem, on a inauguré officiellement le transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem ce qui a provoqué de regrettables réactions de la part des Palestiniens. Le bilan est triste. Une soixantaine de morts sans oublier plus de douze cents blessés.

Comme d’habitude, le président Trump ne prend aucun blâme pour ces actes de violence. Il l’attribue au groupe Hamas.

Si la planète et les personnalités politiques du monde veulent connaître la paix, vaut mieux négocier sagement des ententes amicales et préparer la paix en évitant ainsi des mesures provocantes qui augmentent les tensions entre les peuples et empêchent la tenue de futures ententes pacifiques.

Je suis content que le Canada, lors du vote de l’ONU, se soit abstenu afin de montrer sa neutralité. Son abstention indiquait qu’elle n’appuyait pas l’approche brutale de nos voisins.

Le 12 juin prochain, le président américain doit rencontrer le dictateur de la Corée du Nord. Ce dernier va lui tendre un piège. Il lui annoncera qu’il est prêt à éliminer son arsenal nucléaire pourvu que les États-Unis en fassent autant. La rencontre se terminera très rapidement dans un échec total et Donald Trump ne méritera pas le Prix Nobel de la Paix!

Alcide F. LeBlanc
Moncton