Rouge ou bleu?

Notre brillant premier ministre se fait bien galant ces jours-ci. Il est en mode séduction. Il lance des millions à gauche et à droite comme si l’argent tombait du ciel. Il se prend pour le père Noël qui lance des bonbons ici et là. Le problème, c’est que les millions, il les a volés de nos poches, c’est l’argent nos taxes. C’est rendu qu’il pige même dans nos poches pour se péter les bretelles en prétendant que les libéraux ont rempli presque toutes leurs promesses électorales. Quelle malhonnêteté! Quel culot!

Sous son costume rouge de père Noël, Brian Gallant porte un habit bleu digne du plus conservateur des conservateurs. Jamais le parti libéral n’aura été aussi peu libéral. Jamais un premier ministre francophone n’aura autant attaqué les droits des francophones. Il n’était pas aussi galant, notre brillant premier ministre, quand il s’est attaqué à la commissaire aux langues officielles, ni quand il a dépouillé la régie de santé des francophones de plusieurs de ses responsabilités, dont le précieux programme extra-mural pour l’offrir sur un plateau d’argent à Bernard Lord et son Medavie. Et dès qu’il en a eu la chance, il s’est tourné de bord pour aller séduire les conservateurs anglophones de Saint-Jean, ses vrais amis.

Malheureusement pour nous, son adversaire Blain Higgs n’est pas mieux. Nous ne pouvons sûrement pas compter sur lui pour défendre les intérêts des Acadiens. Selon M. Higgs, la province serait moins pauvre si seulement elle n’avait pas à traîner le fardeau du bilinguisme. Long live English Country.

Nous avons donc le choix entre un faux libéral qui s’attaque aux droits des francophones et un conservateur qui rêve que le français disparaisse de la province. Faute de mieux, l’idéal serait peut-être que les deux partis traditionnels se retrouvent nez à nez et que le vrai pouvoir revienne à un troisième parti, car les verts et le NPD ont plus d’allure par les temps qui courent que les supposés rouges et les bleus.

Bernadette Landry
Dieppe