Une sage décision

L’association du Nouveau-Brunswick pour l’économie familiale (ANBEF) félicite la médecin-hygiéniste en chef, Dre Jennifer Russell, et Brian Kenny, ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, pour l’implantation de la Politique 711 intitulée Nutrition et amélioration de l’alimentation en milieu scolaire. (Acadie Nouvelle, 14 juin 2018). Pour se conformer à cette politique dans nos écoles, on ne vendra plus de jus et de lait au chocolat, jugés trop concentrés en sucre pour être consommés de façon quotidienne.

Les problèmes d’obésité et de certaines maladies comme le diabète, trop communs chez les jeunes, forcent nos gouvernements, nos médecins et divers groupes concernés à prendre leurs responsabilités pour le bien-être de notre population. Pour contrer les dangers reliés à ces maladies, on propose trois actions simples et efficaces: réduire notre consommation de sucre tout comme notre consommation d’aliments transformés et acheter le maximum d’aliments cultivés localement.

Dans cet esprit, les économistes familiales, appuyées de la Société médicale du N.-B., ont fait une demande auprès du ministère de l’Éducation et Développement de la petite enfance pour qu’un cours en alimentation et nutrition soit obligatoire pour tous les élèves du secondaire. Ce cours devrait être enseigné par des enseignant(e)s qui ont reçu une formation universitaire dans la matière, non seulement pour comprendre l’importance des décisions telles que celles qui viennent d’être prises, mais aussi pour apprendre à préparer des mets simples et nutritifs et par conséquent, réduire le besoin d’acheter des aliments transformés.

Toutes ces mesures vont dans la direction de la Société médicale qui veut faire du N.-B. une des trois provinces canadiennes la plus en santé d’ici 10 ans. Ça coïncide bien avec les objectifs du ministère de l’Éducation et Développement de la petite enfance. Donnons une longueur d’avance à nos enfants comme souhaité par le Plan d’éducation de 10 ans.

Jocelyne Savoie, présidente sortante de l’ANBEF
Julie Caissie, présidente de l’ANBEF