Tout simplement tannés des patchs

Encore de la patch étendue avec une brouette, une pelle, un râteau pis un rouleau, tout comme dans l’ancien temps. C’est terrible! On doit être sur le veille d’être inscrits dans le livre des records Guinness pour les patchs. Ce n’est plus une rue qu’on a, c’est du pavé uni garni par ces patchs. Je reprends les mots d’un certain Monsieur X qui nous a dit que la rue allait être améliorée, qu’une partie des fossés serait refaite et que la rue serait asphaltée à partir du boulevard jusqu’à chez nous cette année, et que le reste des travaux serait fait l’année prochaine. Un autre Monsieur X nous a dit que «Non, non, non! Vous allez avoir deux ou trois sections d’asphalte». Mais, il ne sait pas de quelle longueur! Ces deux Messieurs X nous représentent à la Ville. Qui croire? On demeure dans la rue Lavigne depuis 1984, pis on n’a jamais eu de services. On est tannés.

Nicole Thériault
Caraquet