Conserver le patrimoine et non le démolir

Toujours sous le choc après cette terrible perte que nous venons de subir, je me dois de briser le silence pour positionner notre comité de financement face à l’avenir de notre paroisse et son église.

Alors que notre église fume toujours, on nous menace déjà de démolir ses murs.

Notre comité a, sans hésitation, élargi temporairement son mandat afin de prendre les moyens nécessaires pour obtenir les évaluations spécialisées qui s’imposent quant à la solidité et la sécurité des murs de pierre; murs sur lesquels nous venons tout juste d’investir 800 000$.

Notre comité poursuivra donc pour l’instant ses activités de financement.

Nous encourageons donc les paroissiens et donataires à continuer de nous appuyer durant les prochains mois.

Dans les prochaines semaines, nous serons en meilleure position pour statuer sur les différentes options qui s’offrent à nous; conserver les murs pour la mémoire collective des générations futures – construire une nouvelle église à l’intérieur de ses mêmes murs ou même démolir si les différentes évaluations nous confirment que c’est la meilleure option.

Cette profonde blessure communautaire doit guérir un peu. Ensuite nous prendrons ensemble la meilleure décision. Donnons-nous du temps. Le pire qu’on puisse faire c’est de prendre une décision hâtive et avoir des remords ensuite.

C’est notre devoir de respecter le travail acharné de nos ancêtres bâtisseurs, des paroissiens qui se sont dévoués corps et âmes pour ce lieu depuis plus de 100 ans et de respecter les gens qui ont cru en nous depuis novembre 2013.

Soyons avant-gardistes, soyons un exemple pour les communautés voisines.

Maintenant pleurons. Gardons espoir.

Nous serons encore plus forts ensuite.

Encore de belles choses nous attendent dans notre beau village.

Gilbert Blanchard
Président de la campagne de financement
Comité de sauvegarde de l’église de Bas-Caraquet