Tragique et horrible

Quand vous voyez à la télé ce qui se passe présentement chez notre riche et inhumain voisin, alors qu’on a séparé les enfants de leurs parents se sauvant de la terreur qui existe dans leurs pays respectifs, ne voyez-vous pas un peu le sort malheureux qu’a vécu notre propre peuple entre les années 1755 à 1763? Les bourreaux d’alors plaçaient les enfants dans certains bateaux, les mères dans les autres tout comme on le faisait pour les hommes et les pères.

Mais pire encore que cette tragédie du 18e siècle, en Europe, dans les années 1940, une fois les familles juives capturées et séparées les unes des autres, on les martyrisait en leur privant d’eau, de nourriture et de dignité. En plus de cela, on les soumettait à la torture, et puis comme des bêtes, on les faisait mourir. Le monde fermait les yeux.

Comme bien d’autres, j’ai visité ces camps d’horreur et pour toujours j’en suis marqué dans mon âme et dans mon cœur. Ce qui me blesse au plus haut point, c’est de voir et d’entendre des gens qui nient cette terrifiante et historique tragédie.

Est-ce que les Américains se souviennent du 11 novembre 2001 alors que les terroristes ont attaqué les États-Unis? Dès l’attaque, les avions qui étaient dans les airs ont été avisés de ne pas atterrir sur le sol américain parce qu’on craignait la présence d’autres terroristes ayant pu causer des malheurs supplémentaires. Le Canada a ouvert généreusement ses portes et a accueilli, malgré les risques, des centaines et des centaines de passagers américains sans quoi, ils seraient probablement morts faute d’atterrissage.

Présentement, à New York, on présente une comédie musicale qui raconte la noblesse et la générosité des Canadiennes et des Canadiens. Si le président de ce pays avait vu ou allait voir ce spectacle, peut-être son cœur se laisserait un peu attendrir devant la misère des autres.

Alcide F. LeBlanc
Moncton