La dé-acadianisation de Memramcook

Memramcook est l’un des villages acadiens les plus anciens et était reconnu, jadis, comme le berceau de la nouvelle Acadie. Est-ce que le Village de Memramcook s’identifie toujours comme un village acadien?

J’ai plutôt l’impression qu’on s’identifie comme un village bilingue, point final. Elle est où la fierté acadienne de Memramcook dans les communications de la municipalité? Dans le minuscule drapeau acadien qui apparaît sur les bannières de Bienvenue / Welcome sur la rue Centrale? Il n’est certainement pas présent dans le logo ou la signature du Village de Memramcook. Mon âme acadienne à mal de voir que l’identité acadienne de Memramcook s’effrite et je ne suis même pas de Memramcook! Où est ce sentiment auprès des gens de la municipalité?

Peut-être est-il étouffé par celui de la bonne entente, de cet accommodement acadien finalement pas très commode.

Pourtant, la politique relative au paysage linguistique du Village de Memramcook stipule que «le paysage linguistique est l’image que nous projetons de notre identité, de notre fierté, de notre culture et de notre histoire». Elle est où notre identité, notre fierté, notre culture et notre histoire dans une photo d’un cours d’eau bleu (donc définitivement pas la rivière Memramcook ou la rivière Petitcodiac que l’on reconnaît par leur couleur brune) et d’un Bienvenue / Welcome? – nous faisons encore référence aux bannières récemment installées sur une section de la rue Centrale. Je n’ai pas non plus besoin de me faire souhaiter la Bienvenue / Welcome 100 fois sur un parcours d’un kilomètre, mais bon, ça c’est autre chose…

L’avez-vous remarqué? Le paysage linguistique de Memramcook est majoritairement anglophone puisque la municipalité choisit d’afficher toutes ses communications en anglais et en français. Comme il y a plus d’entreprises qui s’affichent majoritairement en anglais que d’entreprises qui s’affichent majoritairement en français, cette réalité fait en sorte que l’anglais est plus présent dans la communauté que le français! Comment accepter cette situation?

Selon le recensement de 2016, on note que seulement 12% de la population de Memramcook ne connaît que l’anglais. Alors pour ce 12% de la population totale, on sacrifie notre majorité linguistique dans toutes les communications, affiches, et dépliants de la municipalité.

Comment la municipalité peut-elle justifier que son affichage qui est à 50% anglophone représente fidèlement sa population francophone qui compte pour plus de 80% de la population totale?

Dans presque tous les contextes possibles au Nouveau-Brunswick et presque partout ailleurs au Canada, un francophone se retrouve en situation minoritaire. Et, voilà qu’à Memramcook, on se retrouve en situation majoritaire, mais on prend des mesures pour réduire l’apparence de notre majorité. Quel message communique-t-on, tant à nous-mêmes qu’aux gens de l’extérieur? A-t-on honte de sa réalité francophone, de son identité acadienne?

La langue est un véhicule tellement important de notre identité. À titre de langue officielle minoritaire, il faut prendre des mesures proactives afin de la protéger. L’idée n’est pas de ne pas respecter nos voisins anglophones, mais plutôt d’assurer la pérennité de la langue française pour les générations futures.

Je souhaite que Memramcook redevienne un village fièrement acadien et un chef de file pour les autres communautés acadiennes. Affichons notre acadianité!

Sophie Doucette
Dieppe