Un lieu de rassemblement centenaire n’est plus

L’histoire de notre village de Bas-Caraquet était écrite dans les pierres de l’Église. Elle était un monument à la résilience et à l’acharnement d’une communauté qui au siècle dernier naviguait la mer et labourait la terre pour faire vivre ses enfants. Elle a été le témoin silencieux des joies et des peines des gens du village. Sa perte est vécue comme une tragédie comme on vit le deuil de la perte d’un être cher. Un lieu de rassemblement centenaire et un joyau patrimonial n’est plus. La douleur est vive et le cœur de notre communauté est blessé. Nous vous demandons; individus, médias et institutions de bien vouloir nous laisser le temps nécessaire pour apaiser notre peine.

Il y a de ces gens dans nos communautés qui sont exceptionnels. Merci aux divers comités et aux personnes qui soutiennent activement l’Église, ses activités et le patrimoine. Merci aux pompiers volontaires, vous qui n’hésitez pas à mettre en péril vos vies pour combattre les flammes, cette façon d’agir est tout simplement extraordinaire. On ne vous remerciera jamais assez pour ce que vous faites. Merci également pour la solidarité des brigades avoisinantes qui n’ont pas hésité à nous prêter main-forte pour ce combat.

Roger R. Chiasson, maire
Village de Bas-Caraquet