Faire de la politique différemment

En réponse à l’article Un candidat du Parti vert commet une «erreur de débutant», j’aimerais souligner quelques points que je trouve importants.

Ce qui est intéressant au Parti vert, c’est cette liberté de pouvoir prendre des positions pour les gens de sa circonscription, mais avec cette liberté vient une plus grande marge d’erreur. Cette façon de fonctionner se heurte à la politique aseptisée et bergère à laquelle nous sommes habitués. Elle est très différente de celle des autres partis au Nouveau-Brunswick, mais permet une meilleure représentation des intérêts des citoyens. Les besoins et les aspirations ne sont pas les mêmes partout et cette approche laisse une plus grande place au développement communautaire, plus près des réalités de chacun.

L’erreur en question est une erreur de sémantique, la position du parti reste la même, il faut annuler le contrat avec Medavie. Ma position reste la même, je ne ferais pas partie d’un gouvernement qui privatise nos services publics! J’ai mal interprété la loi électorale et pour ne pas avoir d’amende, pour un engagement non chiffré, j’ai choisi de tourner ma phrase différemment.

J’apprends à mesure et je vous invite d’apprendre avec moi. C’est ça, faire la politique différemment, admettre ses erreurs, s’expliquer sincèrement, tout en ayant la force de ces convictions et le vouloir de représenter les gens de sa circonscription. Contrairement à ce que laisse entendre l’article, personne n’a été embarrassé par la situation, surpris peut-être, mais ça ne sera certainement pas ma dernière erreur et ça, ils le savent.

Kevin Arseneau

Rogersville