L’orignal nuira aux élections

Je pense que le gouvernement provincial éprouvera des problèmes afin que certaines personnes se rendent au bureau de scrutin le 24 septembre, jour de l’élection.

Le lendemain, soit le 25, c’est l’ouverture de la chasse à l’orignal dans la province. Un très grand nombre de chasseurs et des amis des chasseurs se rendent en forêt l’avant-veille de l’ouverture ou même avant pour accéder à un lieu de chasse souvent identifié à l’avance.

Ceux et celles qui attendent ce grand jour, soit l’ouverture de la chasse veulent mettre toutes les chances de leur côté. Après tout, la chasse à l’original ne dure que cinq jours.

Je connais des gens qui ont attendu des années avant que leur nom soit pigé dans le tirage pour cette chasse. Des milliers d’amateurs de chasse à l’orignal ont attendu des années avant que leur nom «sorte» grâce au tirage.

Je suis conscient que les gens peuvent se prévaloir du scrutin anticipé pour exercer leur droit de vote avant le 24 septembre. Mais plusieurs ne prennent même pas la peine de voter pour diverses raisons. J’ignore le nombre de chasseurs qui le feront.
Il est à se demander combien de personnes prendront les chemins et les sentiers de leur zone de chasse pour tenter d’abattre le gros gibier dès la barre du jour le 25 septembre.

En somme, il faudrait un enjeu majeur dans la province à l’approche de l’élection pour inciter les chasseurs d’orignaux à se rendre aux bureaux de scrutin pour envoyer un message clair aux élus.

Marcel Arseneau
Atholville