L’école Antonine-Maillet, un geste fort honorable

Quelle belle reconnaissance pour l’Acadie lorsqu’en juin dernier, on annonça que l’une des deux nouvelles écoles élémentaires de Dieppe portera dorénavant le nom École Antonine-Maillet!

Mme Maillet a d’abord été une enseignante en plus d’avoir été professeure au niveau collégial et universitaire. Sa prolifique carrière d’écrivaine s’étend sur plus de six décennies. En 1979, elle décroche le prix Goncourt, symbole de l’excellence littéraire dans la francophonie internationale. En plus de trois doctorats mérités par les études, elle en a obtenu des dizaines et des dizaines de doctorats honorifiques.

Lors d’une récente causerie prononcée par l’historien Maurice Basque, il démontra l’importance de mettre l’accent à nommer les écoles, comme les édifices publics, d’après des personnalités qui ont marqué notre histoire. L’aéroport du Grand Moncton est reconnu à juste titre comme l’Aéroport international Roméo-LeBlanc. La ville de Moncton a décidé de reconnaître également un des illustres maires francophones de la ville en nommant la rue qui mène à la seule école secondaire francophone de cette ville la rue Léopold-F.-Belliveau.

Il est donc tout à fait vital qu’un établissement scolaire poursuive cette tendance. Ainsi, les grandes et grands de notre Acadie ne seront pas oubliés, tels Marguerite Michaud, Louis-J. Robichaud et bien d’autres. Par ce simple moyen, on fait connaitre et reconnaitre aux jeunes comme aux moins jeunes des héroïnes et des héros qui peuvent leur inspirer confiance et susciter chez eux un idéal de vie et de carrière.
Tout récemment, en Ontario, dans la ville industrielle d’Oshawa, le conseil scolaire a voulu honorer deux de nos plus illustres Acadiennes. Une école portera désormais le nom de l’École Viola-Léger, alors que la deuxième sera appelée École Antonine-Maillet. L’Acadie rayonnera maintenant dans la Francophonie canadienne!

Or, la tendance des dernières années au Nouveau-Brunswick ne poursuivait pas cet objectif. En 2018, on a su renverser un peu cet élan. Rendons donc hommage à toutes les personnes qui ont suggéré son nom aux autorités scolaires et ministérielles. Décidément, c’est un choix incontestable, judicieux et honorablement mérité.

Alcide F. LeBlanc
Moncton