Les langues officielles au Nouveau-Brunswick: une richesse

Nous tenons à remercier le président de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick, Robert Melanson, pour sa lettre publiée le 9 juillet dans la section opinion du quotidien l’Acadie Nouvelle.

Votre gouvernement croit fortement dans les discussions et les débats positifs, et il est important pour nous de prêter l’oreille aux critiques. Votre gouvernement est plus que sensible à la question des langues officielles au Nouveau-Brunswick. Nous sommes la seule province officiellement bilingue du Canada et nous y voyions un atout, une richesse.

Au-delà de la richesse évidente de notre diversité culturelle et linguistique, notre population bilingue offre au Nouveau-Brunswick un avantage concurrentiel dans l’économie globale du point de vue de nos produits, de nos entreprises et de notre capacité à attirer de nouveaux immigrants dont les talents profitent à notre province.

Notre statut de province bilingue permet également de tenir des événements d’envergure dans la province. En 2021, Moncton et Dieppe accueilleront les Jeux internationaux de la Francophonie alors que des milliers d’athlètes de partout dans le monde sont attendus. Récemment, la 58e session ministérielle de la Conférence des ministres de l’Éducation des États et gouvernement de la Francophonie a eu lieu à Bathurst. Et l’été dernier, les villes de Moncton et Dieppe ont été les hôtes des Jeux de la Francophonie canadienne. Voilà donc quelques exemples qui démontrent toute la richesse dont recèle la composition linguistique de notre province.

M. Melanson s’interroge sur le bilan de votre gouvernement et nous pouvons lui dire haut et fort que nous avons de quoi être fiers.

Votre gouvernement a mis en œuvre un nouveau plan provincial sur les langues officielles, a modifié la Loi sur la délimitation des circonscriptions électorales et la représentation, et une procédure a été établie à cet égard. Des modifications concernant les associations professionnelles ont aussi été apportées à la Loi sur les langues officielles.

Nous nous sommes également assurés qu’il n’y ait pas de garderies bilingues dans notre nouveau système agréé par la province et nous avons maintenu la dualité linguistique du système d’autobus scolaires.

Le réseau des caisses populaires a été protégé, ce qui permettra d’assurer sa survie à long terme. Un financement particulier a été accordé à l’Université de Moncton, le Collège Saint-Joseph de Memramcook a été sauvé, votre gouvernement a accéléré et a augmenté le financement pour la politique culturelle, puis nous avons augmenté la part du budget d’investissement que reçoit le Réseau de santé Vitalité. Une enveloppe pour assurer l’égalité a été mise en place pour le système scolaire francophone, le programme d’immersion en français en première année a été rétabli et un programme d’immersion en français a été élaboré à l’intention des anglophones sans emploi… et j’en passe.

La liste de nos accomplissements est longue et il ne fait aucun doute que votre gouvernement libéral élu à l’automne 2014 est un gouvernement qui a à cœur le bilinguisme de notre belle province. Nous comprenons l’avantage qu’il nous apporte. Nous l’avons démontré tout au long de notre mandat par nos actions et nos paroles, et nous allons continuer de le faire.

Sur ce, nous tenons à remercier le président de la SANB de nous donner l’occasion de rappeler aux Néo-brunswickoises et Néo-brunswickois que nous sommes un gouvernement qui passe de la parole aux actes.

Serge Rousselle
Député de Tracadie-Sheila