Vive la langue française!

Cette belle langue pilier de notre existence en tant que peuple est constamment menacée.

En perdant ainsi une partie intégrante de notre identité un peuple s’éteint lentement et finalement disparaît. Quelle tristesse! Oui, quelle tristesse de voir un unilingue anglophone vouloir ainsi aspirer à devenir premier ministre. En premier lieu, le chef conservateur ne respecte pas le fait que le Nouveau- Brunswick est officiellement une province bilingue et cela depuis de nombreuses années. Ce que je trouve décevant est le fait que des francophones d’ici appuient cet unilingue anglais. Nous devons faire obstacle à cette alliance et dire non à ce dangereux stratagème. Il y va de la survie de notre langue maternelle et de notre avenir en tant que peuple.

Roger R. Roussel
Le Goulet