Raymond Frenette, une personnalité politique digne d’être imitée

Les personnes ayant eu la chance de connaître Raymond Frenette sont unanimes à dire qu’il représente le modèle et l’excellence de l’engagement social. Sa vie a été celle de servir. D’abord, comme conseiller municipal, ensuite comme membre de la législature provinciale, comme ministre de nombreux ministères, et même, pour une certaine période, comme premier ministre du Nouveau-Brunswick.

Homme courageux, compétent et loyal; orateur distingué et éloquent, personnalité attachante et sincère, Raymond Frenette a grandement marqué l’histoire de notre province. S’il commettait une erreur politique, il la reconnaissait et la regrettait.

Les nombreux éloges dans les médias comme ceux prononcés lors des funérailles en l’église à Shediac, nous ont offert une image vraie de sa personne. On vient de perdre un grand homme.

En consultant la liste des trente-trois premiers ministres de notre province, on note qu’il n’y a eu que 32 personnes à occuper ce poste. Le premier Acadien, né à Richibouctou, est Pierre-Jean Vigneau. Il dirigea la province entre 1923 et 1925. Plus tard, ce monsieur Vigneau prendra le nom de Peter Veniot!

Le 2e premier ministre acadien, originaire de Saint-Antoine, fut Louis-J. Robichaud. Élu cette fois par la population et non seulement par son parti, Louis J. Robichaud a régné pendant une glorieuse décennie (1960-1970). Lui n’a pas changé son nom et a transformé notre province en profondeur et à tout jamais.
Quant à monsieur Frenette, né à Beresford, il est le 3e des nôtres à être premier ministre. Il le fut en 1997 et 1998.

En plus de ces trois Acadiens à être premiers ministres, rappelons d’autres personnalités: Camille Thériault, originaire de Baie-Sainte-Anne, Bernard Lord, né à Roberval, province de Québec, Brian Gallant, né à Shediac. En d’autres mots, sur les 33 premiers ministres, seulement six de nôtres ont occupé cette prestigieuse fonction alors que du côté anglophone, on en compte 26 étant donné que George Luther King a été à la fois le 2e et le 4e premier ministre!

Revenons à Monsieur Frenette. L’Université de Moncton a reconnu en lui un homme de grande valeur. En 1994, elle lui décernait un doctorat honorifique alors que depuis 1998 le Pavillon médical de l’Université de Moncton porte aussi fièrement son nom.

Espérons que Beresford érigera un monument de reconnaissance en faveur de cet homme. Puisqu’on y est, comme cela a été réalisé à Saint-Antoine pour honorer Louis J. Robichaud, pourquoi les autres municipalités de la province n’en feraient pas autant avec les personnalités politiques ayant occupé cette fonction ? Ainsi, Cocagne pourrait honorer Allison Dysart, le 22e premier ministre du Nouveau-Brunswick tandis que Richibouctou pourrait poser le même geste avec Pierre-Jean Vigneau ou Peter Veniot, le 18e!

Alcide F. LeBlanc
Moncton