Rien de dramatique

Dernièrement, le Téléjournal Acadie consacre une partie de ses émissions à des reportages concernant les dépenses pour repas, voyages, etc., payées aux les dirigeants dAcadieNor.

Et l’enquête continue pour connaître la personne qui a reçu une douzaine de homards comme cadeau de Noël. Quelle farce.

À part dénigrer cet organisme, qui fait des efforts pour remplir son rôle afin de créer des emplois dans la région – qui en a grandement besoin – est-ce que ces reportages servent à apporter quelque chose de valable et bénéfique?

Une manière cavalière de les remercier de leur bénévolat…

Les montants rapportés à l’écran sont probablement ceux qui sont les plus élevés des documents obtenus par Radio-Canada par le biais de la Loi sur le droit à l’information.

En autres, un montant de 3820$ pour un souper de Noël pour une vingtaine de personnes ou encore un montant de 217$ possiblement pour une douzaine de homards pour un cadeau de Noël à un ou des fonctionnaires. Ça n’a rien de scandaleux.

Cela ne se compare sûrement pas aux réclamations du sénateur Mike Duffy et qui a été blanchi de 31 chefs d’accusation pour fraude.

Si le chantier naval de Bas-Caraquet est de nouveau en activités, les démarches et interventions faites auprès des instances gouvernementales par AcadieNor ont sûrement porté des fruits.

Allez demander aux dirigeants de cette entreprise et aux 100 employés qui travaillent si les montants défrayés pour un souper, un déjeuner ou des cadeaux de Noël les préoccupent.

Par contre, rien de dramatique, mais AcadieNor doit accepter deux reproches: un membre du conseil d’administration qui signe ses propres allocations de dépenses et la destruction de documents de plus de sept ans d’existence.

Il serait curieux de connaître les montants payés en frais d’avocat par Radio-Canada pour obtenir ces documents par le biais de la Loi sur le droit à l’information.

Ça, se sont dépenses inutiles.

Albert Lagacé
Notre-Dame-des-Érables