Doug Ford et l’éducation sexuelle

L’éducation sexuelle à l’école, c’est très important. La négliger, c’est confier l’éducation entre autres à la pornographie ce qui n’est pas de l’éducation et la plupart du temps de la déséducation. Je pense que c’est une réalité qu’un très grand nombre de parents ne sont pas à l’aise avec cette fonction d’éducation et optent pour ne pas la faire et, dans certains cas où ils en parleront, le résultat sera très souvent une éducation incomplète, mal informée, et empreinte des préjugés qui touchent beaucoup de ces réalités. Quoi enseigner à 10 ans, à 12 ans, 14 ans, 16 ans, qui sait ça? Avoir déjà fait l’amour ou être marié ne rend pas compétent en éducation sexuelle. L’éducation sexuelle, ce n’est pas seulement apprendre à se protéger des grossesses et des maladies transmises sexuellement. La santé sexuelle, c’est beaucoup plus que la santé physique. C’est aussi une santé relationnelle et émotionnelle, le respect et la connaissance des différences.

La dernière décision de Doug Ford en Ontario d’abolir le cours renouvelé d’éducation montre, sinon sa grande ignorance, alors une grande méchanceté et son adhésion à des attitudes anciennes et mal informées. Peut-être veut-il, comme Donald Trump cultiver le support électoral d’une certaine droite religieuse sans égard aux dégâts sociaux qu’elle opère.

Difficile à croire que l’Ontario sera un modèle de progrès sous cette administration.

Daniel Beaudry
Moncton