Pour un débat des chefs en français

À Collette Francoeur, directrice régionale de Radio-Canada Acadie.

Au nom de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB), des organismes communautaires et des citoyens signataires, nous tenons à vous faire part de notre profonde déception, pour ne pas dire stupéfaction, à l’égard de la décision de Radio-Canada Acadie de ne pas tenir un débat en langue française dans le cadre de la présente campagne électorale provinciale.

À la lumière des récentes nouvelles concernant le format bilingue du débat des chefs qui sera présenté par Radio-Canada/CBC lors de la prochaine période électorale, les soussignés désirent exprimer auprès de notre diffuseur national et auprès du public leur profond désaccord avec la décision d’abolir les débats de langue française et de langue anglaise au profit d’un forum citoyen bilingue.

En tant que membres de la Concertation des organismes de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (COANB), et à titre de citoyennes et citoyens de l’Acadie, nous nous préoccupons énormément de l’effet néfaste que pourrait avoir un tel forum bilingue sur la capacité des francophones de recevoir une présentation adéquate des enjeux qui les préoccupent directement. L’interprétation simultanée n’est pas acceptable à l’égard de la prestation d’un service et l’est encore moins dans le contexte d’un débat des chefs, lors duquel le peuple forme son opinion au sujet de son prochain leader politique.

Comme vous le savez très bien, la langue française est une langue officielle au Nouveau-Brunswick. Radio-Canada, en tant société de la Couronne et diffuseur public, se doit donc de respecter cette réalité et de tenir compte de la spécificité de la communauté acadienne et francophone dans sa programmation électorale. Les francophones de cette province méritent un espace où seront débattus les enjeux qui touchent directement à leur réalité, et méritent d’entendre les points de vue des différents partis dans leur langue maternelle.

Un débat en français permet également aux électeurs d’évaluer la capacité des différents chefs de parti de s’exprimer dans cette langue; une compétence révélatrice du degré de leur engagement envers le respect des droits linguistiques et des enjeux de la communauté acadienne et francophone de la province. La tradition du débat des chefs en français doit être préservée.

Après 50 ans de bilinguisme officiel au Nouveau-Brunswick, il est inadmissible que notre diffuseur national prenne une pareille décision aux dépens du respect de la communauté acadienne et francophone de notre province. Permettez-nous d’être très clairs: cette décision est inacceptable pour les Acadiennes et les Acadiens de notre province et nous exhortons Radio-Canada/CBC de revenir immédiatement sur sa décision d’offrir un seul forum citoyen bilingue lors de la prochaine période électorale.

Certes, les partis politiques ont le choix de participer à tout événement du genre ou non. Cela dit, Radio-Canada doit à tout prix demeurer fidèle à son mandat et s’assurer que le droit de la communauté acadienne d’être bien informée dans sa langue soit respecté.  Radio-Canada doit également s’assurer que les questions posées, dans le cadre d’un débat des chefs, correspondent à la spécificité de cette communauté, ses enjeux et ses réalités.

Espérant que vous reviendrez sur votre décision, qui fait rupture avec la tradition et l’état du développement de l’Acadie de 2018, nous vous prions d’agréer, Madame Francoeur, l’expression de nos meilleurs sentiments.

Robert Melanson, SANB

Me Luc Desjardins et Frédérick Dion, AFMNB

Ghislaine Foulem et Anne-Lise Blin, Conseil pour le développement de l’alphabétisme et des compétences des adultes du N.-B.

Lucie Martin et Louise Landry, AEEFNB

Dr Hubert Dupuis et Jacques Verge, Égalité Santé en français du N.-B.

Yves Goguen, Association des juristes d’expression française du N.-B.

Philippe Beaulieu et Carmen Gibbs, AAAPNB

Vicky Caron et Marie-Thérèse Landry, CPSCNB

Lyne Chantal Boudreau et Nelly Dennene, Regroupement féministe du N.-B.

Émile Couturier, FJFNB

Solange Haché et Jean-Luc Bélanger, AFANB

Alexandre Cédric Doucet, FÉÉCUM

Guy-Laine Legacé et Mylène Ouellet-Leblanc, Société des Jeux de l’Acadie

Willy Wilondja, Fédération des conseils d’éducation du N.-B.

Marie Chamberland et Thomas Raffy, CÉNB

Jacques G. Albert, SEERFNB

Michèle Ouellette et Barbara Losier, Mouvement acadien des communautés en Santé du N.-B.

René Brideau, Chambre de commerce du Grand Tracadie-Sheila

Marco Plourde, Chambre de commerce et du tourisme du Grand Caraquet

Marie Lou Noel, Chambre de commerce de Shippagan

Paul Mallet, Chambre de Commerce des Iles Lamèque et Miscou

Mireille Saulnier, Chambre de commerce du Grand Néguac

Jean-Robert Godin, Chambre de commerce de Rivière-du-Portage

Jean-Claude Savoie, Groupe Savoie

Me Michel Doucet

Katherine d’Entremont