Une solution de rechange au débat politique

Comme bien d’autres téléspectateurs, je ne suis nullement frustré de constater que le débat des chefs politiques n’aura pas lieu au réseau de Radio-Canada.

Par le passé, hélas, on a trop vu souvent ce genre de discussions être cacophoniques et offrir un exemple à éviter tant pour nos jeunes que pour la population en général.

La plupart du temps, lors de ses séances, les candidats irrespectueux coupent les réponses de leurs opposants et emploient très souvent des formules ridiculisant leurs adversaires.

Pour y remédier, je propose une autre façon de procéder. Pourquoi ne pas inviter les chefs des cinq partis politiques provinciaux à présenter leur programme électoral, en français, pendant 30, 45 ou même 60 minutes, sans être dérangés par un opposant, un animateur ou une animatrice de la télévision?

Dans le cas du chef progressiste-conservateur, je crois qu’il s’en tirerait assez bien avec un texte soigneusement préparé.

Après tout, il a un peu étudié notre langue au Québec et a aussi, autant que je le sache, prononcé une allocution en français dans la Péninsule acadienne. Sans doute, les autres chefs accepteraient d’en faire autant.

Alcide F. LeBlanc
Moncton