Le trio éclatant

Les gens de ma génération se souviendront sûrement de ce slogan publicitaire des années 1950 et 1960 qui tournait en boucle sur la station CHNC: «Le trio éclatant».

Cela m’a porté à appliquer ce slogan à des personnes que nous apprécions et qui ont marqué notre vie d’une façon ou d’une autre.

Pour moi, le trio éclatant, ce sont trois personnes que j’admire sans réserve. Leur talent, leur expertise et leur empathie m’ont séduit.

C’est d’abord le Père Zoël Saulnier. Pour moi, Zoël est la lumière qui éclaire l’Acadie depuis plus de 40 ans. Cet homme, qui se dit timide, n’hésite pas à prendre position dans toute sorte de débats, toujours avec une grande bonté qui force le respect. Sans parler de sa fougue du combattant, aussi mobilisatrice que rassurante.

Il y a aussi Fernand Arseneau. Nos chemins se sont croisés, alors que nous étions membres du Conseil des gouverneurs de l’Université de Moncton. Mais je garde le souvenir d’un homme sage doté d’un véritable sens de la justice sociale.

Par ses écrits, il nous lance un message d’espoir.

Le troisième membre du trio est le Père Serge Comeau. Le Père Serge, je le connais depuis peu, mais mon admiration remonte à plus longtemps. Ses chroniques hebdomadaires toujours à point sont comme un guide qui nous porte à réfléchir et à méditer.

Pour quelqu’un dans la quarantaine, je lui trouve la sagesse d’un sexagénaire expérimenté.

Pourquoi je vous parle de ces trois personnes? Parce qu’ils méritent notre admiration. Mais d’abord pour leur dire merci.

Dr Édouard S. Eddie
Cardiologue à la retraite