Un petit coin de paradis acadien

Quiconque prend le temps de visiter les Îles-de-la-Madeleine goûtera à de multiples moments de joie et de bonheur, car l’accueil de ses 12 000 habitants est humainement incomparable. La beauté de la mer, des sables et des falaises rouges dépasse l’imaginaire sans oublier la qualité exceptionnelle de la cuisine et de l’ensemble des divertissements.

Cet archipel est véritablement enchanteur. En y arrivant en bateau, on prend contact avec celle appelée Cap-aux-Meules qui compte presque la moitié des Madelinots. Pour la plupart, ce sont des Acadiens et des Acadiennes.

En quittant la première île, on peut se rendre soit à celle du Havre-aux -Maisons ou à celle de Havre-Aubert. À Havre-aux-Maisons, les édifices et les chalets aux multiples couleurs variées nous rappellent un peu l’esprit des fêtes de Noël. À peine deux mille personnes y habitent. En y passant, il faut visiter la merveilleuse fromagerie qui contribue grandement à la gloire de ce beau territoire. A Havre-Aubert, on peut voir l’une des plus belles localités de l’archipel. Enfin, l’île de la Grande-Entrée compte à peine 700 habitants. À proximité de là, dans la mer, les fiers pêcheurs acadiens prennent peut-être les meilleurs homards au monde!

Nombreuses et régulières durant la saison estivale, les activités culturelles et artistiques ne manquent pas. D’abord Mario Cyr. Originaire de ces îles, à juste titre, on l’appelle le roi-plongeur des eaux glaciales. Il filme les mammifères marins à travers la planète et présente des conférences sur le sujet qui émerveille son auditoire. Il y a aussi Tante Emma, un spectacle fort comique et éducatif. On comprend mieux ce territoire enchanteur, ses coutumes et le langage des gens. Il y a aussi une pièce théâtrale Mes Îles, mon pays, expliquant l’origine historique de ce territoire, ses misères et ses nombreuses tragédies. À ne pas manquer, non plus, il faut aller voir et entendre l’artiste Didier Turbide, fonctionnaire à la retraite, poète, philosophe social, musicien, raconteur. Avec sa guitare, il offre un spectacle très divertissant, très touchant et riche en émotions personnelles, voire un peu biographique.

Vraiment, le territoire des Îles-de-la-Madeleine est habité par les fils et les filles de l’Acadie. Ils sont très fiers de le dire, de le chanter et d’y vivre. De temps en temps, allons les voir pour vivre heureux comme eux.

Alcide F. LeBlanc

Moncton