Des votes gaspillés

Si nous avions eu moins de votes gaspillés lors des dernières élections, la province ne serait pas dans le pétrin dans lequel nous sommes plongés actuellement.

Un vote pour des partis comme KISS, des candidats indépendants ou le NPD, qui promettaient n’importe quoi sachant fort bien qu’ils ne seraient jamais élus et ne seront probablement jamais portés au pouvoir dans les prochaines décennies, est un vote gaspillé.

Il y a les deux autres partis, un a obtenu le vote des francophones et l’autre celui des anglophones pour créer une autre division de la population.

Selon certains politologues, le gouvernement Gallant aura de la difficulté à garder le pouvoir pour une longue période dans le contexte actuel. Nous ne le souhaitons pas, mais Blaine Higgs sera probablement demander de former un gouvernement pour une autre courte période.

Imaginez un unilingue anglophone, avec un seul député francophone, être premier ministre de la seule province bilingue au Canada. Afin d’ajouter à l’insulte, il cherche à obtenir une coalition avec les trois députés de l’Alliance pour pouvoir gouverner la province pour les quatre prochaines années. Un parti anti-francophone que Higgs lui-même a essayé de diriger dans les années 1990. Quelle risée.

Cela serait une situation gênante et inacceptable, un recul de 50 ans. Depuis 1987, la province a été dirigée par cinq différents premiers ministres. Deux étaient parfaitement bilingues et les trois autres pouvaient converser en anglais assez facilement.

Blaine Higgs a été élu chef du parti conservateur le 22 octobre 2016. Lors de son discours d’acceptation, il avait promis d’apprendre le français. Il a manqué à sa parole, il a même une grande difficulté à le lire.

Inévitablement, la province sera plongée dans une autre élection d’ici deux ans qui coûtera encore plusieurs millions de dollars et les résultats seront probablement les mêmes: gouvernement minoritaire, division entre francophones et anglophones si l’électorat se présente aux urnes pour des votes de protestation, ou encore pour voter pour des tiers partis qui n’ont pratiquement aucune chance de faire élire même des députés, ce que je considère comme des votes inutiles.

Albert Lagacé
Notre-Dame-des-Érables