Une invitation à la jeunesse du Nouveau-Brunswick

La jeunesse de notre province, et surtout celle qui a étudié l’histoire de l’antiquité romaine, connaît assez bien ce qui se passait dans le Forum à l’époque de Néron. Pour agrémenter les foules, on y mettait des chrétiens qui se faisaient déchirer, tuer et dévorer par d’énormes lions affamés. Quel cruel spectacle pour divertir la foule avide de sang! Heureusement, on y a mis fin. Le crédit revient à la jeunesse de cette époque, car elle ne voulait nullement y participer ou y devenir une victime.

Abordons maintenant les barbares combats des taureaux en Espagne et ailleurs dans le monde. Là, aussi, grâce à la vaillante lutte d’une jeunesse passionnée et engagée, ces spectacles brutaux sont en train de disparaître, car on les juge inacceptables, immoraux et globalement honteux.

Et que penser des combats de coqs en Amérique du Sud? Là, aussi, les jeunes s’y opposent et travaillent avec acharnement pour leur disparition éventuelle. Ils sont pour la plupart condamnés par la loi.

Au hockey professionnel et même à d’autres niveaux de ce noble sport, pour accroître la joie et l’intérêt des spectateurs, et surtout le nombre, on présente presque à chaque partie, des combats à poings nus. De nombreuses blessures, des commotions cérébrales qui mettent souvent fin à la carrière des athlètes.

À Moncton, en fin de semaine dernière, au Centre Avenir, plusieurs milliers de partisans se sont rendus voir les combats des arts martiaux mixtes qui, d’après mon analyse, représentent une brutalité hautement condamnable et le symbole de l’indécence sportive. On m’a même dit qu’on offrait gratuitement des billets aux gens afin de donner l’impression que ce spectacle était d’un grand intérêt.

J’espère que notre jeunesse acadienne et anglophone de notre province se fera bientôt entendre et passera à l’histoire comme celle de l’antique Rome et des jeunes engagés des autres pays. Après tout, la Ville de Moncton prend un peu de leur argent et de notre portefeuille pour encourager cette violence barbare, honteuse et purement abjecte et scandaleuse.

Alcide F.LeBlanc
Moncton