Pour un dialogue plus approfondi

Aux habitants de Chipman qui ont encouragé la levée du drapeau de la «fierté hétéro», je tiens à rappeler ceci: le drapeau arc-en-ciel célèbre le courage d’un groupe de personnes qui a survécu à un monde difficile. Nous ne célébrons pas le jour international de l’homme comme nous soulignons le jour international de la femme parce que, historiquement, les femmes ont fait l’objet de grandes inégalités et, ce, pendant des siècles, ayant été considérées comme des propriétés sans droit de vote et ayant subi, comme groupe, plus de torture, d’esclavage et de statuts inférieurs.

L’homme blanc et hétérosexuel naît avantagé en raison tout simplement de son patrimoine génétique. Au cours des âges, on a assassiné et vilipendé les homosexuels. Ils n’ont surtout pas eu droit aux largesses de l’Église et des gouvernements. On les a méprisés, tenus à l’écart et poussés au mépris d’eux-mêmes allant jusqu’au suicide.

Les hétérosexuels n’ont jamais été soumis à de telles indignités à cause de leur orientation. Ils vivent tout simplement et tiennent pour acquis les privilèges sous-jacents à leur nature. Si les gays célèbrent, c’est qu’ils ont survécu malgré le fait qu’on les ait privés de nombre de ces mêmes privilèges.

Le drapeau de la fierté gaie symbolise le courage d’une survivance et l’espoir d’un monde qui embrasse davantage la différence, c’est-à-dire tous les types de personnes qui n’entrent pas dans la catégorie «noir et blanc» du monde hétérosexuel.

Je suis heureuse qu’on ait descendu le drapeau à Chipman. Espérons que l’étalage d’une telle ignorance amène plutôt à un dialogue plus approfondi des points de vue divergents circulant dans nos sociétés pour créer une meilleure compréhension de part et d’autre.

Helene Robb
Moncton