Un danger public

L’accident mortel impliquant un jeune de 13 ans dans une carrière de la Péninsule acadienne est déplorablement triste. Sa famille surtout et ses amis le pleureront longtemps.

Ce n’est pas la première fois que cela se produit, mais personne ne semble se pencher sur ce danger public. Une enquête journalistique s’avère importante dans ce dossier à mon avis. À Grande-Digue, par exemple, quelqu’un s’est noyé dans une carrière il y a trois ou quatre ans en y circulant avec son véhicule. Une carrière avec ses buttes attire les jeunes comme s’il s’agissait d’un terrain de jeux, ce qui est compréhensible.

Je trouve irresponsables non seulement les exploitants de carrières, mais aussi les instances gouvernementales qui ferment les yeux sur les dangers. Un gamin qui tombe dans une carrière où se trouve une nappe d’eau peut se noyer dans quelques pouces d’eau. Le ministère de la Sécurité ne semble pas imposer aux exploitants d’installer des panneaux indiquant: «Danger» ou encore: «Ne pas s’aventurer», par exemple. Aucune clôture entourant la carrière n’est exigée.

Je crois qu’il est plus que temps que des mesures ou réglementations soient prises pour assurer la sécurité publique relativement à l’exploitation de carrières.

Gaëtane Godin
Grande-Digue