Soutien moral

Dans un élan de solidarité, la Concertation des organismes de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (COANB) désire offrir son soutien moral à tous les francophones et francophiles de l’Ontario ayant subi l’onde de choc créée par l’annonce des décisions draconiennes du gouvernement Ford et de son énoncé économique.

C’est un avenir sombre qui se profile à l’horizon pour les communautés de langue officielle en situation minoritaire de cette province, mais la COANB conserve l’espoir que les francophones ne se laisseront pas abattre par de telles menaces. La décision de mettre un terme au rêve de l’Université de l’Ontario français ainsi que celle d’éliminer le Commissariat aux services en français sont des mesures drastiques, injustes et non réfléchies que nous dénonçons vertement.

Le gouvernement Ford inspirait déjà peu confiance chez les Franco-Ontariennes et Franco-Ontariens et cette offense représente à notre avis une attaque directe aux droits, au statut et aux acquis des communautés de langue française. Alors qu’il serait tout à fait justifié et socialement nécessaire de promouvoir et de protéger la francophonie ontarienne, le gouvernement provincial a plutôt choisi de menacer la pérennité d’une communauté dont les plus récentes projections démographiques sont alarmantes.

À cet égard, M. Ford nous laisse d’ailleurs penser qu’il fait abstraction, volontairement ou non, des recommandations du commissaire aux services en français de l’Ontario, qui suggérait notamment, dans son dernier rapport, que des démarches et consultations soient entamées «afin de doter le gouvernement ontarien d’un Plan d’action sur le développement des communautés francophones et la promotion du français en Ontario, pour les années 2020-2025, comprenant des objectifs mesurables, accompagnés d’indicateurs de rendement».

Visiblement, l’approche préconisée par ce gouvernement est toute autre. On préfère fouetter les francophones et francophiles à coup de mesures discriminatoires sous prétexte qu’il est nécessaire de redresser les finances publiques. Cet affront a de quoi secouer le reste de la francophonie canadienne, à commencer par le Nouveau-Brunswick, qui devra désormais rester aux aguets en raison notamment d’une Assemblée législative composée de membres aux positions qui nourrissent l’anti-bilinguisme. Souhaitons que nos élues et élus provinciaux tirent une leçon de cette aberration… La francophonie ontarienne est reconnue pour être forte, engagée et vibrante.

À toutes les communautés de langue française de l’Ontario, la COANB vous encourage à poursuivre la bataille et à faire briller le fait français dans vos régions respectives. Les luttes que vous avez menées dans le passé témoignent d’une volonté de rester bien vivant malgré l’ignorance des dirigeantes et dirigeants politiques et de paver le futur pour les générations à venir. Amies et amis francophones et francophiles, continuez de faire ce que vous faites de mieux, continuez d’être qui vous êtes!

Association acadienne des artistes professionnel(le)s du Nouveau-Brunswick;
Association des enseignants et enseignantes francophones du Nouveau-Brunswick;
Association francophone des aînées du Nouveau-Brunswick;
Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick;
Association francophone des parents du Nouveau-Brunswick;
Association des juristes d’expression française du Nouveau-Brunswick;
Conseil pour le développement de l’alphabétisme et des compétences des adultes du N.-B.;
Conseil provincial des sociétés culturelles;
Égalité Santé en Français;
Fédération des conseils d’éducation du Nouveau-Brunswick;
Fédération des étudiants et étudiantes du Centre universitaire de Moncton;
Fédération des Jeunes francophones du Nouveau-Brunswick;
Mouvement acadien des Communautés en Santé du Nouveau-Brunswick;
Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick;
Société des Jeux de l’Acadie, Société des enseignants et des enseignantes retraités francophones du Nouveau-Brunswick;
CDR-Acadie