Faire de la politique autrement

Mme Isabelle Thériault, j’ai longuement hésité avant de vous adresser ces quelques mots à la suite de votre critique du discours du Trône, quelques semaines passées.

Petite question tout d’abord: vous êtes la représentante de la circonscription de Caraquet; est-ce que vous représentez tous les électeurs de votre circonscription ou seulement ceux qui ont voté pour vous? Je présume que vous les représentez tous, ce qui inclut les conservateurs, les verts et les indépendants. Donc, pas le choix de respecter le choix de ces électeurs.

Les députés qui sont en face de vous en chambre représentent également, pour chacun d’entre eux, une partie de la population et, de ce fait, méritent également le respect.

L’égo, à travers une certaine arrogance, n’a pas sa place en Chambre, quand il s’adresse aux membres de l’opposition. C’est un manque de respect envers la population qui les a élus, c’est un manque de respect envers une partie des électeurs de votre circonscription qui n’ont pas voté pour vous. Cette façon de faire alimente une division dans la population et des tensions qui n’ont pas leur raison d’être.

L’élection d’un certain nombre de jeunes députés devrait favoriser le développement de la communauté. Vous avez un rôle crucial dans la stabilité sociale, politique et économique de notre province. Je pensais qu’en élisant des jeunes, il y aurait une volonté de faire les choses autrement.

Est-ce qu’il serait possible de faire autrement, de travailler pour le peuple qui vous a élue, de laisser tomber la partisanerie et de collaborer à des projets rassembleurs pour faire évoluer cette façon archaïque de faire de la politique? Je suis peut-être trop idéaliste pour croire que ça peut arriver de mon vivant!

Marjolaine Hébert
Caraquet