Un compromis possible

Malgré le discours alarmiste de Robert Melanson de la SANB, je pense qu’il est possible de trouver un compromis acceptable pour les deux communautés linguistiques. En raison de la pénurie de main-d’œuvre, les candidats ambulanciers vont être embauchés puis formés à la langue seconde, ce qui me paraît acceptable. Il est prématuré de demander la démission du vice-premier ministre conservateur Robert Gauvin, car il nous est plus utile à la table du Cabinet. Avec Louis Léger et Paul D’Astous, nous sommes représentés au sein du gouvernement. Je leur fais confiance.

Serge Landry
Gatineau