Où est la gauche?

Alors que nous nous habituons au nouveau gouvernement conservateur de Brian Higgs soutenu par l’Alliance des gens, il devient de plus en plus évident que les idées de la gauche du spectre politique manquent maintenant presque totalement à la législature provinciale. Ce que nous avons vu jusqu’à présent du nouveau gouvernement minoritaire et des trois autres partis parle beaucoup de la nécessité d’un compromis, mais il n’y a pas de vrai débat sur les changements de politique opérés par le gouvernement Higgs, soutenu par l’Alliance.

D’énormes compressions dans les projets d’immobilisations, allant de 600 à 865 millions $, qui comprennent des écoles élémentaires et des projets majeurs dans les domaines des soins cardiaques, de l’oncologie et des soins de maternité, sont restées pratiquement incontestées. La réduction d’un tiers du budget d’investissement a été débattue dans une perspective partisane, en se concentrant sur les circonscriptions touchées – libérales ou conservatrices. Une analyse de qui perd et de qui en profite était totalement absente du débat. Qu’en est-il des personnes qui perdent le plus dans ces compressions d’un point de vue social: les jeunes, les malades, les pauvres et les autres sans voix? Comment ignorer le financement de projets d’écoles pour les régions les plus pauvres de la province?

En particulier, les projets d’écoles dans les zones où il y a la plus grande pauvreté infantiles au Canada, situées à Campbellton et dans la péninsule du sud de Saint-Jean, ont été ignorés. Pourquoi ces améliorations nécessaires à l’éducation de nos enfants devraient-elles être retardées et nos enfants devenir des pions dans le jeu politique de M. Higg?

Où sont les voix de la perspective économique plus large qui savent que l’austérité est une très mauvaise politique économique et que cela aura des incidences sur la prospérité de notre province? Devons-nous vraiment attendre le ressac des agences de notation de crédit avant d’entendre nos propres députés en parler? Le silence des libéraux et des verts était révélateur.

L’une des plus grandes illustrations de ceci est peut-être la nouvelle législation Worksafe. Le gouvernement Higgs-Austin prélève essentiellement de l’argent dans la poche des travailleurs blessés et le transfère à des entreprises. Ces modifications apportées à la législation sur l’indemnisation des accidentés du travail privent les travailleurs blessés de l’accès à un processus d’appel efficace. Comment un projet de loi essentiellement anti-travailleurs peut-il être adopté par la législature quelques jours avant les vacances de Noël sans que les membres de l’opposition s’en émeuvent? Un député néo-démocrate aurait tout mis en œuvre pour que le monde comprenne les conséquences néfastes de ce projet de loi.

Il est si triste de constater que, même avec deux nouveaux partis à l’Assemblée législative, nous devons voir la même vieille politique, sans réel débat sur les changements qui ont de véritables conséquences.

Jennifer McKenzie (Saint-Jean)
Chef du NPD