Georges Goguen, un grand artiste

Après une très longue et brillante carrière de plus de soixante ans, l’artiste acadien de Moncton, Georges Goguen, est enfin, et à juste titre, respecté et reconnu pour l’ensemble de ses nombreuses œuvres qui lui font honneur de même qu’à son épouse, à sa famille et à l’ensemble du peuple acadien et de notre province.

Dès sa plus tendre enfance comme dès son adolescence, l’intérêt pour les arts faisait partie de sa nature et de son âme. Son père le sentit et l’encouragea. Pour le petit Georges, cela a été un puissant stimulant.

À l’adolescence, déjà très haut sur le plan physique, il appréciait énormément le sport et surtout le ballon-panier. D’ailleurs, l’équipe pour laquelle il jouait n’a-t-elle pas remporté le championnat des provinces maritimes?

Pour mieux développer ses talents, par correspondance, il s’enregistre à des cours qu’il réussit à merveille. Il va sans dire que l’obtention de ce diplôme fait partie de sa fierté personnelle, professionnelle et même à celle de sa famille. Ses études ne se terminent pas ainsi. En soirée, à l’Université Mount Allison de Sackville, il continue à se perfectionner dont l’un de ses professeurs n’est nul autre que le célèbre Alex Colville. Il fit même un stage d’étude à New York.

Comme premier emploi, le magasin Eaton de Moncton fit appel à ses services comme dessinateur publicitaire. Il y sera pendant presque quinze ans. Et puis, encore à Moncton, c’est au tour de la Société de Radio-Canada d’avoir la chance de retenir ses talents comme artiste graphiste et cela pendant un quart de siècle. Ce n’est pas tout. L’Université de Moncton l’a retenu pour offrir aux étudiantes et aux étudiants des cours en arts graphiques. En d’autres mots, M. Goguen n’a pas chômé ni comme artiste ni comme employé.

Mentionnons son rôle social et artistique. Il fut le fondateur et directeur de la Mini-Galerie de Radio-Canada qui portera plus tard le nom de la Galerie Georges-Goguen. Par ce moyen, les artistes du Nouveau-Brunswick comme ceux des autres provinces maritimes étaient invités à venir exposer leurs œuvres que le public pouvait ensuite voir et admirer. Précisons un fait. La Galerie Georges-Goguen n’est plus située à Radio-Canada. Elle loge actuellement dans l’école Sainte-Bernadette et porte encore fièrement le nom de Galerie Georges-Goguen! Les élèves, le personnel et le public en profitent pleinement.

Il fut aussi l’un des membres qui ont fondé la Galerie Sans Nom et de la Galerie 12 qui se trouvent présentement au Centre Aberdeen de Moncton.

Pendant sa longue et brillante carrière, à travers la province, il a offert aux gens des ateliers d’art. Même les écoles ont pu bénéficier de ses talents et en bénéficient encore.

En 1967, à Montréal, lors de l’Exposition internationale, il a présenté de ses œuvres. Il fit de même à la Galerie d’art Beaverbrook de Fredericton, dans plusieurs autres localités au Nouveau-Brunswick et dans la plupart des provinces canadiennes.

Lors de la 20e édition de la Soirée d’Éloizes, en mai 2018, l’Association acadienne des artistes professionnels du Nouveau-Brunswick lui a décerné le Prix Hommage qui représente l’une des plus prestigieuses reconnaissances que puisse obtenir un artiste. En recevant ce prix, M. Goguen était très surpris, mais pas les artistes ni le public!

Et que dire de plus? Et bien, tout prochainement, lors d’une cérémonie officielle à Ottawa, monsieur Goguen recevra des mains de Julie Payette, gouverneur général du Canada, une autre prestigieuse reconnaissance, soit l’Ordre du Canada.

Peu importe l’art qu’ils pratiquent, M. Goguen et tous les autres artistes, méritent d’être reconnus, soutenus et encouragés financièrement, car ils contribuent à embellir la vie et nos vies, à nous faire réfléchir sur le sens de nos existences, à nous éloigner des non-vérités des menteurs, à rendre nobles nos esprits et nos cœurs.

Alcide F. LeBlanc
Moncton