Medavie: société à but lucratif?

Lors de la comparution d’EM/ANB inc. devant le Comité des corporations de la Couronne le 5 février, les questions soulevées par les députés Kevin Arseneau et David Coon ont confirmé ce que le «Retour de l’extra-mural au secteur public» (REMSP) a constamment dit, soit que Services de Santé Medavie N.-B. (SSMNB) n’était pas une entreprise à but non lucratif.

Le REMSP ne comprenait pas et ne comprend toujours pas pourquoi la province a accepté de donner 4,5 millions $ pour la gestion du Programme extra-mural (PEM) à SSMNB alors que la population était grandement satisfaite des services offerts par le PEM sous la gestion des régies de santé.

Lors d’une rencontre avec notre organisme lors de la dernière campagne électorale, Blaine Higgs a affirmé qu’il ferait une évaluation du service offert par SSMNB dans les six premiers mois de son arrivée au pouvoir. Nous nous inquiétons de l’objectivité de cette évaluation pour plusieurs raisons. D’abord, nous ne savons pas si elle aura lieu et qui la dirigera. Comme le ministre Bourque nous avait confirmé que le ministère n’avait fait aucune étude du PEM avant de négocier avec Medavie, il est évident que la base de comparaison est inexistante.

Nous ne savons pas non plus quels seront les critères de cette évaluation et surtout qui développera ces fameux critères. Comme on dit dans certains coins, les dés sont pipés!

Lors de son discours sur l’état de province le premier février, le premier ministre Higgs nous a promis «des finances que nous pouvons soutenir». Avons-nous les moyens de donner 4,5 millions $ à Medavie pour gérer un service dont nous étions très satisfaits lorsqu’il était géré par les régies de santé? Le Programme extra-mural doit retourner sous les régies de santé.

Jacques Verge, porte-parole
Retour de l’extra-mural au secteur public