J’aime les taxes!

Au cours des derniers mois, des gens ont publié de nombreux commentaires dans les médias pour affirmer que les citoyens et les employeurs paient trop de taxes. De leur point de vue, la province est celle qui est la plus imposée au Canada et cela freine par conséquent la capacité de prospérer chez les entreprises du Nouveau-Brunswick. Ces personnes présentent un scénario apocalyptique, demandant, que dis-je, suppliant notre gouvernement de réduire les taxes pour permettre aux entreprises de s’épanouir.

En ce qui me concerne, j’ai un point de vue différent sur les taxes et les impôts. Je crois de fait que les taxes sont la clé du fonctionnement de notre société et procurent aux citoyens et aux entreprises les services et les programmes qu’il leur faut pour prospérer.

Au Nouveau-Brunswick, nos taxes et nos impôts supportent notre système de santé. Le revenu des taxes et impôts nous apporte un nombre suffisant de cliniques et d’hôpitaux disséminés de façon stratégique partout dans la province, assure le salaire des médecins, des infirmières et du personnel de soutien qui les accompagnent dans leur travail. Il paye toutes les analyses ordonnées par les médecins, qu’il s’agisse d’un bilan sanguin ou d’investigations plus coûteuses comme le tomodensitogramme ou l’IRM. Ce revenu va à l’immunisation de nos enfants, aux ambulances qui nous transportent à l’hôpital en cas d’arrêt cardiaque ou d’accident et à de nombreux centres spécialisés tels que le Centre de cardiologie du N.-B. à l’Hôpital régional de Saint-Jean, ainsi qu’au Programme d’obtention d’organes et de tissus du N.-B., au Programme de santé périnatale du N.-B., au Centre de réadaptation Stan Cassidy, et j’en passe, mais vous les connaissez. Et à l’heure actuelle, tous ces services sont offerts gratuitement, eh oui, parce que nous payons des taxes et des impôts.

Au Nouveau-Brunswick, nos taxes défraient les coûts du système d’éducation. Le revenu de nos taxes permet à nos enfants de recevoir une éducation allant de la maternelle à la 12e année. Il permet de payer les enseignants, les aides-enseignants, les autres professionnels et le personnel de soutien qui assurent la bonne marche de nos écoles dans la province. Il permet de payer le coût des autobus qui amènent nos enfants à ces écoles, de subventionner des places en garderie pour aider les parents. Il va à des programmes dans les deux langues officielles. Il subventionne les collèges communautaires et les universités, et offre un soutien financier aux étudiants à faible revenu. Et tout ça gratuitement aujourd’hui, parce que oui, nous payons des taxes et des impôts.

Au Nouveau-Brunswick, les taxes nous apportent des routes. Le revenu des taxes rend possible le réseau routier qui couvre toute la province. Ces routes sont déneigées l’hiver et entretenues à l’année. Les esprits critiques s’en plaignent parfois et avec raison, mais si on prend du recul, il reste qu’on peut prendre sa voiture aujourd’hui et se rendre gratuitement n’importe où dans la province, oui, parce que nous payons des taxes pour ça.

Au Nouveau-Brunswick, nos taxes et nos impôts financent notre système de justice. Le revenu des taxes et des impôts va aux palais de justice, aux prisons et aux divers services tels que les poursuites pénales, le Cabinet du procureur général, le Bureau de l’intervenant public. Il permet de rémunérer les juges, les procureurs de la Couronne, les policiers, les shérifs et les gardiens, tous chargés d’assurer la protection des citoyens et de veiller à ce que justice soit rendue. Et tout cela, nous l’avons gratuitement, parce qu’encore une fois, nous payons des taxes et des impôts.

Ce sont nos taxes qui défraient le système public qui offre des logements sociaux et le soutien financier de l’aide sociale, qui est responsable de la sécurité publique, de l’Organisation des mesures d’urgence, de l’agriculture, de la pêche, du tourisme, de la protection de l’environnement, pour ne nommer que ces autres services parmi ceux que nous recevons. Ce système public assure aussi l’entretien de tous les immeubles municipaux et provinciaux. Et c’est gratuit aujourd’hui parce que oui, nous payons des impôts et des taxes.

Finalement, nos taxes permettent d’accorder des milliers sinon des millions de dollars chaque année pour venir en aide aux entreprises grâce à la Société de développement régional, le Conseil de développement régional, le Fonds de développement économique et d’innovation pour la région de Miramichi et celui pour le nord du Nouveau-Brunswick. Et cela est entièrement gratuit, parce que nous payons des taxes et des impôts.

Donc, quand je lis ou j’entends dire que nous payons trop en taxes et en impôts, ça m’énerve un peu. Parce qu’on n’entend jamais parler de ce qu’on reçoit en échange de nos taxes et nos impôts. Ce qu’on reçoit c’est une société où il fait bon vivre, où les gens sont plus égaux qu’à bien d’autres endroits, parce nous partageons entre nous le fardeau de prendre soin les uns des autres. Je n’aimerais pas vivre autrement et c’est sans doute pareil pour vous.

Jean-Claude Basque
Moncton