Des élèves pour le lait au chocolat

Madame la directrice générale du District scolaire francophone Sud (DSFS), nous aimerions vous donner notre opinion en ce qui concerne l’interdiction de vendre du lait au chocolat et des jus de fruits dans les écoles du DSFS. Sachant que la décision concernant le retrait de ces boissons est le choix de chaque district, nous sommes en désaccord avec votre décision.

Premièrement, le lait au chocolat est l’une des meilleures boissons pour récupérer son énergie après l’activité physique. À ce propos, notre période d’activités physiques précède notre période de dîner.

C’est le seul moment où nous pouvons nous en procurer. Selon un chercheur de l’Université Bloomington de l’Indiana, rien ne saurait égaler les vertus de cette boisson naturelle. Après les recherches effectuées par Joël Stager, il a remarqué que les buveurs de lait au chocolat étaient 70% plus performants.

De plus, selon la nutritionniste Isabelle Charest, «c’est grâce au ratio qui existe entre les protéines et les glucides (sucres). Ce ratio (une portion de protéine pour trois portions de glucides) est parfait pour refaire les réserves de glycogènes dans les muscles. Il va aider à réparer ce qui a été brisé pendant l’entraînement». Isabelle Charest est également entraîneuse et triple médaillée en patinage de vitesse aux Jeux olympiques d’hiver de 1994, 1998 et 2002. Nous, les jeunes, nous avons besoin du sucre pour régénérer notre énergie. Donc, pourquoi s’en passer?

Pour continuer, nous croyons que ce n’est pas au district scolaire de décider de ce que nous pouvons consommer à l’école. Cette décision devrait revenir aux familles. Nous sommes un pays démocratique, donc nous devrions avoir le droit de choisir ce que nous buvons. De plus, les jeunes peuvent apporter leur lait au chocolat dans leur thermos, donc, pourquoi respecter cette politique 711. Nous sommes conscients que nous avons le droit d’apporter le lait au chocolat à l’école. Par conséquent, si nous l’achetons à l’école, nous encourageons la survie de notre cafétéria.

Finalement, en ce qui concerne l’aspect financier, nous savons que la majorité des élèves en achèteraient si nous en vendions à l’école. Nous aurions donc plus de profit pour notre cafétéria. En d’autres mots, le lait au chocolat contribuerait à financer notre cafétéria.

Pour conclure, nous pensons que le lait au chocolat n’a pas d’effet négatif sur notre santé. Cette décision ne devrait pas vous revenir. La vente de lait au chocolat et de jus permet à aider financièrement notre cafétéria. À la suite de nos points de vue, nous suggérons fortement de remettre le lait au chocolat et les jus dans nos écoles. Ce qui ferait plaisir à plusieurs jeunes de nos écoles. Et, vous respecterez les valeurs et les aspirations du DSFS pour la santé et le mieux-être des élèves.

Les élèves de 8e année
(Enseignante: Lucie Lévesque)
École Mont-Carmel
Sainte-Marie-de-Kent