Nous savons faire mieux

Monsieur Alcide F. LeBlanc, en lisant et entendant votre article du 28 février dernier dans la section mon opinion de l’Acadie Nouvelle, nous avons réalisé que nous écrivions un texte similaire au vôtre.

À la suite de la tragédie qui a frappé une famille d’Halifax le mois dernier, Xavier Camus rapporte en ligne que plus de 25 personnes ont réagi avec un emoji de rire aux éclats comme s’il s’agissait d’une excellente nouvelle. Toujours via son mur Facebook, il écrit que «…les commentaires racistes et méprisants pleuvaient». Le Canada est reconnu pour sa gentillesse envers l’inclusion, mais malheureusement, ces dernières années ont prouvé à certains que le Canada n’est pas un pays parfait. Les réseaux sociaux sont les raisons principales pour lesquels certains adultes nous déçoivent quand nous adressons l’inclusion de notre beau pays. Le vocabulaire utilisé dans une conversation avec quelqu’un est complètement différent que celui utilisé pour s’exprimer dans les médias sociaux.

Pourquoi certains adultes trouvent-ils amusant de faire des jeux de mots ou d’écrire des commentaires haineux dans les publications? Nous, jeunes âgés de 12 ans, élèves de la septième année, savons faire mieux. Pourquoi pas eux?

Merci, M. LeBlanc, d’avoir publié cet article d’opinion afin de nous appuyer à diminuer ces commentaires inacceptables, pour continuer à nourrir un monde meilleur.

Julie Roy
Gabrielle Boudreau
Audrey Pitre-Guitard
Anthony Levesque
École Le Domaine Étudiant
Petit-Rocher