La province pittoresque, où est-elle au juste?

Si j’occupais le poste de ministre du Tourisme du Nouveau-Brunswick, de temps en temps, par le moyen des médias, je conscientiserais les citoyens et les citoyennes à nettoyer la province de sorte à ne pas perdre le titre de province pittoresque.

Depuis la fonte des neiges, notre province n’est pas du tout pittoresque et cette réalité est très visible à nos yeux.

Une fois nettoyée, je les inviterais aussi à ne plus jeter par terre les mégots de cigarettes, des déchets de toutes sortes devant les restaurants ou devant tout autre édifice ou encore le long des routes ou des rues, devant leurs résidences, dans leurs communautés ou n’importe quel autre endroit.

Même les terrains de nos hôpitaux et de nos écoles auraient besoin d’une chirurgie esthétique.

Bientôt, cet été, de nombreux visiteurs viendront chez nous et seront sans doute encore déçus de constater notre manque de fierté sociale.

Peut-être que le ministre a déjà un plan très élaboré, mais qu’il n’ose pas le publier avant l’arrivée du Congrès mondial acadien. Si j’étais lui, j’agirais dès maintenant!

J’admire un proverbe chinois qui dit en substance: si le devant de ta maison est propre, la rue le sera également.

Alcide F. LeBlanc
Moncton