Le NPD aurait-il connu ses meilleurs jours au Nouveau-Brunswick?

Deux noms ont dominé la scène politique pour le NPD dans notre province au cours des quelque 20 ans dernières années.

Tout d’abord, Elizabeth Weir de Saint-Jean comme députée sur le plan provincial durant environ 15 ans et l’ancien député fédéral, Yvon Godin, qui a été élu à six reprises, dans Acadie-Bathurst.

M. Godin, qui est maintenant à la retraite, prêche qu’il devrait y avoir une fusion entre le Parti vert et le NPD.

Cela m’étonne d’entendre que l’ex-député Godin, une figure de proue du NPD pendant plusieurs années, fait de telles déclarations.

Au cours des dernières élections provinciales, le 24 septembre 2018, la cheffe du NPD, Jennifer McKenzie, a connu une défaite amère et son parti n’a récolté que 5% du vote populaire. Elle a soumis sa démission il y a quelques jours.

Et dans une excellente caricature en couleurs de l’Acadie Nouvelle du 27 février, le caricaturiste a bien saisi les principales questions de cet enjeu en écrivant: «Jennifer McKenzie démissionne, et c’est qui Jennifer? Et elle démissionne du quoi.»

Il est fort possible que le NPD ait connu son heure de gloire dans notre province.

Je vois ça d’un bon œil que le Parti vert, qui semble être sur une remontée, devienne le troisième parti en importance au Nouveau-Brunswick. Il a déjà trois députés à Fredericton et il tire son épingle du jeu.

Marcel Arseneau
Atholville