Il faut protéger Tracadie

Alarmant? Peut-être. Inquiétant? Certainement.

Des édifices patrimoniaux du centre-ville de Tracadie vendus et détruits pour laisser des terrains vides. Le centre-ville n’a jamais été aussi vide! Ah, oui, on y a installé une fontaine et des drapeaux. À quel prix? Protégeons le peu de patrimoines bâtis restants.

L’édifice municipal abandonné en décembre 2017 pour se retrouver dans un autre, sans salle de réunion, au prix de 1,4 million $. Ce même édifice fut acheté à l’été 2016 pour la somme de 345 000$. Tout un profit! À ce prix, les employés sont-ils plus à l’aise dans leur nouveau bureau?

Plusieurs employés ont démissionné, d’autres ont été congédiés et un montant de 410 000$ est octroyé à une firme comptable pour montrer aux dirigeants de la municipalité comment gérer les finances. Et, pour comble, la municipalité abolit son programme d’aide aux organismes à but non lucratif, faute d’argent!

Collecte des déchets dans la Péninsule sans Tracadie. Voilà une menace de séparation avec les autres municipalités! On se bombe le torse. On créera sa propre flotte de cueillette des déchets ou fera affaire avec l’entreprise privée. Avec quel argent? Les citoyens risquent-ils de ramasser eux-mêmes leurs déchets?

Après une vingtaine d’années d’entente concernant le déblaiement du stationnement des églises et de l’entretien des cimetières en échange du droit d’installer le planchodrome et le parc de baseball sur un terrain appartenant au diocèse de Bathurst, voilà qu’on veut acheter le terrain évalué à 132 000 $ et cesser le déblaiement. Où allons-nous trouver l’argent pour cet achat?

Le grand chapiteau sera encore mis en vente! Il permettait de présenter des spectacles de grande envergure dans la municipalité afin que citoyens et visiteurs puissent se divertir. Au dire des dirigeants de la municipalité, le coût de l’installation par leurs employés est trop dispendieux. Mais, que dire des pertes de retombées financières pour les commerçants (hôtels, restaurants, centre d’achat, stations de services, etc.)!

Un plébiscite sur la défusion de Tracadie. Les citoyens se sont dotés d’une grande ville fusionnée pour faciliter sa croissance et son unité. Mais, voilà qu’on essaye de la détruire physiquement et humainement. Est-ce normal de se réjouir des divisions et des chicanes entre les citoyens de la grande municipalité de Tracadie? Peut-on se permettre d’être arrogant en refusant 4,6 millions du gouvernement provincial pour la gestion de routes? La municipalité de Tracadie a trop de potentiel. Il faut lui donner une chance. Cessons de critiquer et travaillons ensemble.

Cessons ces tensions, divisions et chicanes. La division engendre la haine et ne mène nulle part et la critique négative détruit. Il faut enrayer la devise «Ramer avec moi où quitter le navire», mais embrasser celle-ci «Ramer ensemble pour le bien de tous». C’est ça, faire preuve de leadership!

Tracadie n’est pas à vendre, mais elle doit être protégée avant qu’elle ne soit détruite.

Paulette Robichaud,
Citoyenne inquiète
Tracadie