Débat autour d’un lourd héritage historique: la Déportation de 1755

Pour faire suite à l’opinion émise par David Le Gallant, dans votre édition du 29 mai dernier, je me permets de prolonger le débat autour de l’interprétation des motifs de la Déportation de 1755 par les Britanniques dans le cadre de la Guerre de Sept Ans.

D’ailleurs, il existe un débat à savoir s’il s’agissait d’un acte en temps de guerre ou non.

Quoi qu’il en soit, le dossier de la Déportation continuera d’alimenter les discussions puisque cet événement constitue une référence incontournable dans l’édification de la nation acadienne. Il précède de peu un autre moment fondateur et tout aussi traumatisant que fut la Conquête de la Nouvelle-France en 1759.

Contrairement à la Confédération canadienne, il ne s’agit certes pas d’événements heureux mais qui, de par leur portée historique, supplantent les dates de fondation que furent 1604 pour l’Acadie et 1608 pour Québec.

Il y a de cela quelques années déjà, et après de nombreuses démarches dont le crédit revient en partie à un député du Bloc québécois, Stéphane Bergeron, le gouvernement fédéral reconnaissait les torts causés au peuple acadien par la Déportation.

Le débat actuel, relancé par un groupe de Saint-Quentin souhaitant édifier un monument à la mémoire des déportés, devrait recentrer ses énergies vers des démarches plus productives que celles consistant à dénoncer médiatiquement ceux ou celles osant émettre une opinion contraire à la sienne.

En effet, tel que je l’énonçais précédemment sur les ondes de Radio-Canada, si le dossier de la Déportation doit franchir une autre étape, il faut oublier les réactions émotives et les dénonciations mal intentionnées.

Le temps est venu d’élaborer une stratégie permettant de donner la parole à la population par le biais de sondages en ligne, et ce, à l’abri des débordements émotifs dans les médias traditionnels.

Il faudrait ainsi permettre aux Acadiens et aux Acadiennes de formuler leur opinion sur les termes à utiliser en leur offrant des définitions appropriées.

Les promoteurs doivent aussi nous dire s’ils aspirent à autre chose qu’un monument. Et là je reviens à ma suggestion formulée lors de mon entrevue, à savoir de peut-être réclamer du gouvernement fédéral qu’il reformule sa déclaration au sujet de la Déportation. En effet, si on la place dans le contexte des récentes excuses formulées par le premier ministre Trudeau envers d’autres groupes de Canadiens, il y a certainement lieu de s’attendre à une formulation un peu plus musclée.

Il faudrait auparavant étoffer le dossier en menant un lobbying ciblé et discret auprès des instances gouvernementales, afin de maîtriser le jargon juridique et historique permettant de formuler une demande pertinente et convaincante.

Dans ce genre de démarche, les instances gouvernementales réagissent rarement à chaud. La plupart du temps, elles prennent le temps de consulter des spécialistes pour des opinions leur permettant d’évaluer la crédibilité du dossier.

Donc, bien que tenir un débat à savoir si oui ou non la Déportation constituait une tentative de génocide ethnique n’est pas forcément mauvais, il faut accepter le fait que des historiens émettent des réserves formulées en fonction des tendances historiographiques.

Or, dans ce cas-ci, elles ne vont pas dans le sens de la position favorisant la théorie du génocide ethnique.

Je pense toutefois que certains historiens ne sont pas forcément fermés à l’idée d’envisager la Déportation comme une tentative de génocide culturel. Effectivement, on ne peut pas nier que Charles Lawrence estimait que pour annihiler le danger de soulèvement potentiel que représentait le peuple acadien, la fibre identitaire acadienne devait être dissoute. Un génocide identitaire, culturel? Peut-être. Mais si nous sommes encore ici pour en débattre, c’est que le plan n’a pas connu le succès escompté!

Nicolas Landry
Caraquet