Pourquoi Blaine Higgs a-t-il besoin de plus de temps?

Une élection fédérale se pointe à l’horizon et peut-être une autre au provincial selon que les progressistes-conservateurs et les alliancistes se plaisent ou non à partager le même lit et des idées pareilles.

Alors que tout cela se passe sous nos yeux, le gouvernement libéral de Brian Gallant sera reconnu pour avoir privatisé le programme extra mural, une décision des plus contestées s’il en est une. Rien n’a pu les convaincre de revenir sur la décision même pas trente-cinq réunions publiques tenues un peu partout dans la province avec des participants qui s’y opposaient farouchement. Le premier ministre aurait rassuré son caucus que ce mouvement de protestation s’éteindrait dans de brefs délais.

Lors du vote pour la privatisation d’un programme qui fonctionnait à merveille, pas un seul député libéral n’a eu le courage de s’y opposer pour représenter la volonté des concitoyens. Pas un seul! Ils ont préféré envoyer promener la démocratie. Être assis sur les bancs de l’opposition serait peut-être une douce vengeance après seulement quatre ans d’un gouvernement au pouvoir.

Blaine Higgs a rencontré en juin dernier le groupe « Retour de l’Extra-Mural au secteur public ». Il leur a dit en termes on ne peut plus clairs que le programme Extra-Mural ne serait guère mieux chez Medavie. Il allait pourtant allouer une période d’essai de six mois s’il était appelé à diriger la province. Ce programme qui fonctionnait à merveille sous la juridiction des régies de la santé coûtera 44 millions de plus dans le secteur privé.

Le temps est écoulé et Blaine Higgs dit avoir besoin de plus de temps encore. S’agit-il d’une farce? Faut-il se surprendre alors qu’il y ait autant de scepticisme chez la population?

Hector J. Cormier

Moncton