Une situation intolérable

Comme plusieurs autres citoyens du Nouveau-Brunswick, je constate que la situation des pauvres devient de plus en plus pénible, alarmante, intolérable et inquiétante. D’année en année, leurs revenus sont stables et ces gens sont donc négativement affectés quand les prix des aliments et des services grimpent continuellement.

Sous peu, Énergie Nouveau-Brunswick augmentera de 2,5% ses tarifs. Pour payer cette hausse, les familles devront donc réduire leur consommation en nourriture, en médicaments, en chauffage et autres besoins essentiels. Leur situation s’aggrave et affecte évidemment leur moral et leur état de santé.

Prenez le temps de visiter les comptoirs alimentaires. En le faisant, vous noterez que durant les premières semaines du mois, le nombre de clients qui en profitent est beaucoup moindre que vers les milieux et les fins du mois.

Dans les écoles, grâce aux généreux donateurs et aux nombreuses personnes bénévoles, les enfants ont moins faim. Malgré ces nobles efforts, la situation familiale ne s’améliore pas tellement.

Posons une question. Est-ce logique et raisonnable que le président et directeur général d’Énergie NB touche annuellement un salaire de plus d’un demi-million de dollars? En quatre jours, il gagne autant et même plus qu’un assisté social touche en une seule année!

Pour régler l’ensemble des situations, une fois pour toutes, les autorités gouvernementales et la société devront trouver des moyens pour mieux équilibrer les revenus des personnes et mieux partager la richesse. Sans quoi, les conséquences sont nettement prévisibles: plus de vols, plus de meurtres, plus de vandalisme, plus de violence, plus de procès pour juger les actes criminels, plus de prisons, plus de malades, donc plus d’hôpitaux, plus de pauvres. La liste est loin d’être complète!

Alcide F. LeBlanc
Moncton