Un événement honteux

Je présume que le 24 juillet dernier, de nombreuses personnes à travers le monde ont écouté avec attention et intérêt le témoignage de Robert Mueller. Pendant plus de cinq heures d’interrogatoire, on aurait dit un marathon linguistique épuisant et sans fin. Au cours de ma vie, je ne crois pas avoir vu autant d’agressivité verbale de la part des républicains qui tentaient d’intimider et d’humilier M. Mueller qui ressemblait à certains moments à un martyr chrétien sous le règne de Néron.

Ont-ils réussi à intimider cet ancien procureur? Oui, car c’est lui que l’on attaquait comme s’il était le criminel et l’accusé. Par contre, la réputation professionnelle et politique de ces intimidateurs a considérablement diminué à mes yeux. Si j’étais un citoyen américain, je ne voterais jamais pour aucun d’entre eux lors des prochaines élections et au-delà.

Après cet événement honteux, M. Donald Trump a prétendu qu’il était complètement exonéré, mais il ne l’a pas été du tout. D’après sa compréhension, l’ensemble de l’enquête a été une perte complète de temps et d’argent. Ne se rappelle-t-il pas que plusieurs de ses collaborateurs purgent de longues peines de prison?

Il ose même affirmer que ces personnes sont des victimes innocentes! Lui-même se juge ainsi. S’il en est, pourquoi n’a-t-il pas encore révélé au public le contenu de ses déclarations d’impôts? Comment expliquer ses mensonges à répétition? Pourquoi attaque-t-il et méprise-t-il constamment ses adversaires? Pourquoi a-t-il refusé d’être interrogé par l’équipe Mueller? Pourquoi encore croit-il aux déclarations de M. Poutine et non à celles des services de renseignement de son propre pays?

En 2016, l’électorat américain a élu un président intimidateur qui a constamment utilisé la peur comme un outil privilégié et tout puissant. J’ose faire une prédiction. S’il perd la présidence en 2020, il ne voudra pas la quitter parce qu’il sait que la prison lui sera ouverte!

Les Américains comprendront mieux alors la signification du mot révolution!

Alcide F. LeBlanc
Moncton