Une nomination inacceptable

Le premier ministre Justin Trudeau a annonçait, le jeudi 5 septembre, la nomination de Brenda Murphy au poste de lieutenante-gouverneure du Nouveau-Brunswick.

Étant une unilingue anglophone dans une province bilingue, la seule au Canada, c’est pour moi une nomination inacceptable.

Nous avons déjà un premier ministre unilingue qui fait la risée de la population francophone du Nouveau-Brunswick depuis la prise du pouvoir par les conservateurs l’an dernier.

Mme Murphy promet d’apprendre le français, nous avons eu la même promesse de notre premier ministre lorsqu’il a été élu chef de son parti. Des vœux pieux.

Même si elle est inconnue de la plupart des gens du Nouveau-Brunswick, je ne doute pas de ses compétences pour le poste, mais étant incapable de communiquer dans les deux langues officielles de la province, elle est un mauvais choix.

À quel moment les personnes qui ont un pouvoir de décision, autant au provincial qu’au fédéral, vont-elles réaliser à un moment donné que le Nouveau-Brunswick est une province bilingue?

Albert Lagacé
Notre-Dame-des-Érables